Category: Communauté des communes

Stop à Lanrinou, c’est maintenant !

commentaires Commentaires fermés
Par , 19 avril 2014 17 h 42 min

Au sujet de la voie de Lanrinou, c’est le maire de Landerneau qui le dit : “Si elle ne devait pas se faire, c’est maintenant qu’il faut dire stop”.

Améliorer le projet ? Le “phaser” ? Ce projet a été soumis à enquête publique, le modifier nécessiterait une nouvelle enquête. En réalité c’est donc tout ou rien !

Comme le même article évoque des discussions avec Laurence Fortin, maire socialiste de la Roche-Maurice, et que le PS dans ses négociations pré-elections avec “Dynamique d’Avenir” s’était engagé à remettre à plat le dossier, le moment est donc venu de passer aux actes et de dire stop !

Voir aussi la vidéo

Transfert de compétence de l’assainissement à la CCPLD

commentaires Commentaires fermés
Par , 15 octobre 2012 22 h 39 min

Les réactions des différents conseils municipaux (Le Tréhou, Dirinon, Plouédern…), que vous avez retranscrits dans vos colonnes témoignent à la fois du mécontentement de la population de certaines communes en matière de tarif de l’assainissement et montrent l’inquiétude des communes en ce qui concerne la façon dont le service va être géré par la communauté de communes.

D.E.S. considère que le transfert de la compétence assainissement des communes vers la communauté doit être l’occasion d’améliorer le service et de le rendre plus juste. Cependant nous désapprouvons la méthode employée par la communauté de communes qui risque de conduire à des mécontentements et à l’insatisfaction des usagers.

La méthode employée est complètement opaque et fait abstraction de la démocratie locale ainsi que de l’avis des usagers. Lorsque le projet a été présenté en janvier 2012, Jean-François Jaouanet s’était engagé sur une présentation des tarifs en juin 2012. Or dans son propos liminaire du conseil communautaire de vendredi 12 octobre, il indiquait que le dossier ne serait pas rendu public avant le conseil du 14 décembre, soit 15 jours (fêtes comprises) avant la prise de compétence. Autant dire que tout sera bouclé et qu’il n’y a aucune place au débat démocratique et à la consultation des usagers. Il a d’ailleurs appuyé ce propos en disant explicitement qu’il était impossible de dévoiler les hypothèses de tarifs à l’avance.

Les landernéens ont de quoi être inquiets !
Nous apprenions en début d’année que pour payer la mauvaise gestion de certaines communes comme Hanvec, les landernéens allaient devoir supporter des augmentations tarifaires considérables de 30 à 40 %. Depuis d’autres mauvaises nouvelles ont été rendues publiques comme la transaction en défaveur de Landerneau et en faveur des communes de Plouédern et de Pencran, ainsi que le grand mécontentement des habitants du Tréhou laissant augurer de possibles largesses de la CCPLD afin de réaliser les branchements …..

Est-ce que les landernéens qui ont un service en régie fonctionnant de façon optimale, et qui ont économiser depuis des années (2 500 000 euros) vont accepter de voir leur facture d’assainissement s’envoler durant les 10 prochaines années sans être ni consultés ni mis au courant ?

Déjà en janvier 2012, nous demandions à Patrick Leclerc de rendre publiques les négociations, c’est maintenant une grande urgence.

Stoppons la casse du service public en direction des personnes âgées

commentaires Commentaires fermés
Par , 27 janvier 2012 21 h 41 min

Dès 2008, DES manifestait auprès de la municipalité de Landerneau et auprès de la Communauté de communes pour indiquer que nous avions le devoir de développer le service du logement en faveur des personnes âgées. En effet dès cette époque nous craignions que le foyer Claude Pronost ne périclite suite à sa mutation en EPAHD. Il est bon de rappeler que le code de l’action sociale et des familles préconise, dans son article L231-3, que les communes ou les centres communaux d’action sociale créent des foyers, en vue de fournir aux personnes âgées des repas à des prix modérés (*) ainsi que des salles d’accueil. Tout ceci disparaitrait ?

Depuis l’arrivée de la droite à Landerneau, notre inquiétude s’est accentuée car le choix de confier au secteur privé et financier la part du lion a accentué le risque de voir disparaître le service public du logement des personnes âgées à Landerneau. La récente décision consistant à fermer par étape la cuisine du foyer est également un grand motif d’inquiétude.

Certes Patrick Leclerc n’annonce pas encore la fin du service, mais il prépare clairement les esprits en précisant que tout se fera en douceur et de façon diplomate. Restons lucide, la voie est tracée !

Face à cette politique de casse du service public, D.E.S se tourne vers la communauté de communes pour lui demander de prendre pleinement en compte sa responsabilité en matière de logements pour les personnes âgées. Qu’elle cesse de passer son temps à développer des bâtiments industriels pour le compte d’entrepreneurs, qu’elle cesse de construire des rocades inutiles, qu’elle cesse de se précipiter à construire une salle de sport de haut niveau à la demande Patrick Leclerc …mais qu’enfin, elle s’intéresse aux personnes.

(*) A Landerneau les tarifs des repas sont d’environ 10 euros alors que certaines collectivités, en gros de la même taille, appliquent des tarifs nettement inférieurs de 3,50 à 12 euros selon le quotient familial.

Voie de Lanrinou : réponse à l’interview de Triskalia

commentaires Commentaires fermés
Par , 13 juin 2011 9 h 30 min

Dans les colonnes du Télégramme du 9 juin, un article «Voie de Lanrinou : des années d’attente» est publié, basé sur l’interview de Frédéric Soudon, directeur de la communication de Triskalia.
Son propos a le mérite de poser clairement les bases du débat et il l’aborde en basant son argumentation sur des faits précis. Ceci est tout à son honneur car il communique des données essentielles qui n’avaient pas encore été rendues publiques.
Nous apprenons que seulement 50 camions entrent et sortent de la coopérative quotidiennement, ce qui représente un trafic moyen de 10 par heure dont l’essentiel se fait en direction ou en provenance du nord, c’est à dire de la RN12. A partir de ces données il est enfin possible de débattre en terme précis sur l’utilité de la voie de Lanrinou.

Aujourd’hui nous souhaitons l’aborder sous 2 angles:

Soulager le centre ville de Landerneau
Nous comprenons Frédéric Soudon lorsqu’il souhaite que le centre ville soit soulagé du trafic de camions générés par la coopérative. C’est ce que nous avait dit le directeur lorsque nous l’avions rencontré en 2003. Par contre nous ne le rejoignons pas lorsqu’il affirme que la voie de Lanrinou soulagerait significativement le centre ville. L’étude de transport de la communauté de commune nous a appris qu’aux heures de pointe, la voie de Lanrinou ne détournerait que 85 véhicules par heure alors que ce sont 1 330 véhicules qui transitent en ville au même moment. L’impact de la voie ne serait donc que de 6%, ce qui est notoirement insuffisant.
La bonne proposition c’est d’utiliser des itinéraires de contournement de la ville qui peuvent être aménagés et fléchés. Cela permettrait à Landerneau de ne plus être une des dernières villes de France à autoriser le transit des poids lourds en ville.

Sous l’angle financier
A la différence de la coopérative, la collectivité doit aussi aborder le sujet sous l’angle financier. Le budget de la route est de 9 000 000 d’euros, soit de l’ordre de 14 000 000 avec les frais financiers. Si on rapporte ce montant au trafic potentiel de poids lourds sur une période de 30 ans (375 000 camions selon les données de Triskalia), il apparaît que l’investissement représente 37 euros par rotation, sans compter le rallongement des trajets qu’imposerait la voie de Lanrinou. C’est considérable ! A titre de comparaison le péage du pont de Normandie est 3 fois moins cher… autant dire que la Voie de Lanrinou serait la route la plus chère de l’ouest.

Revenons sur terre et arrêtons de dépenser l’argent public de cette façon. Aujourd’hui, la priorité c’est sécuriser les parcours existants et investir dans les transports en commun afin de nous permettre de réduire les transports individuels.

Voie de Lanrinou. Ils déboisent ? On replante !

commentaires Commentaires fermés
Par , 19 décembre 2010 22 h 08 min

Ce dimanche 19, opération “replantage” sur la parcelle déboisée.

Une cinquantaine de militants et de riverains ont planté ce dimanche après-midi 80 arbres (chênes, pommiers, hêtres, noisetiers ….) Allée du Bois à Landerneau sur le tracé du projet de voie de Lanrinou à l’endroit même où la communauté de communes à déboisé.

Résidence « Fleur de Lin » sur le site du collège Saint Joseph

commentaires Commentaires fermés
Par , 28 juillet 2010 8 h 31 min

L’article paru récemment dans Ouest France qui concernait le projet de résidence pour séniors à Landerneau appelle de la part de D.E.S. un certains nombre de commentaires.

Tout d’abord, si un groupe privé, comme Aegide/Nexity, décide d’investir dans un programme immobilier lourd à Landerneau à destination des personnes âgées et des séniors, cela démontre que l’offre actuelle est insuffisante et devrait encore augmenter à moyen terme du simple fait du vieillissement de la population.

Cela était inscrit clairement dans le plan local de l’habitat élaboré par la communauté de communes. Dès que celui-ci avait été rendu public, D.E.S. a proposé que la CCPLD se saisisse de ce dossier au titre du logement social à l’image de ce qui avait été fait avec le foyer Claude Pronost. Malheureusement nos propositions ont été écartées d’un simple revers de main par les vice-président(e)s qui se sont succédés au poste «logement».

La conclusion de cette inaction apparaît aujourd’hui clairement, puisque c’est finalement un groupe privé qui s’empare du dossier et qui prévoit de réaliser 120 logements. Une fois ce programme réalisé, 100% du logement collectif adapté aux seniors avant le passage en structure médicalisée, sera dans les mains du privé.

Les conséquences pour les résidents potentiels sont clairement inscrites en filigrane des documentations commerciales disponibles : loyer moyen élevé (1200 euros), offre importantes de services tous payants (restauration, assistance 24h/24, ménage, blanchisserie, gymnastique ….). Si on ajoute la démarche financière décrite dans la documentation (placement retraite par capitalisation), on voit clairement que cette résidence ne concernera pas tout le monde.

A l’évidence il manque autour de Landerneau, une structure fonctionnant avec l’esprit de l’intérêt commun et permettant d’accueillir un large public quelque soit son niveau de ressource. Tout laisse penser que les élus de Landerneau et plus largement ceux qui «dirigent» la communauté de communes apportent aux investisseurs privés 100% du marché. Il est également indéniable que la majorité landernéenne donne un grand coup de volant à droite avec l’assentiment de la CCPLD.

Panorama Theme by Themocracy