Sénatoriales 2020 dans le Finistère. Nécessité d’un groupe écologiste au Sénat. Ezhomm ‘zo ur strollad ekologourien er Senad

commentaires Commentaires fermés
Par , 22 septembre 2020 15 h 17 min

sénat eelv 2020sénat eelv

Faisons enfin confiance aux territoires
Bezomp fiziaňs en hor broioù, a-benn ar fin

Nous savons tous que l’innovation, qu’elle soit écologique, sociale, économique ou culturelle,
naît dans les territoires. C’est là qu’ont été inventées les premières expériences de revenu
minimum d’insertion, de territoires zéro chômeur, de schémas intermodaux pour les mobilités
douces, d’économie circulaire, de circuits courts alimentaires pour les cantines, d’habitat
partagé ou intergénérationnel, d’investissement public dans les énergies renouvelables et en
particulier les chaufferies bois, d’artothèques ou encore de festivals populaires, etc.
Nous défendrons avec vous nos valeurs pour plus de solidarité en redistribuant mieux les
richesses, en particulier en direction des plus faibles et des populations précaires. C’est en
nous appuyant sur vos expériences et connaissances du terrain que nous pourrons construire
ensemble une société apaisée, plus sobre pour que les générations futures puissent, comme
nous, vivre en dehors des conflits.

Répondre aux enjeux environnementaux et sociaux

• S’engager avec résolution dans la transition écologique
• Rénover l’habitat – action créatrice d’emplois et d’économies pour les locataires des
logements sociaux.
• Développer les transports en commun, y compris dans les territoires ruraux
• Réduire notre impact sur notre environnement et le grignotage des terres agricoles
• Mieux partager le travail et imaginer les emplois qui repousseront l’exclusion et permettront
de réduire le chômage

Equilibrer l’aménagement du territoire

• Garantir les services publics de proximité sur les communes.
• Prioriser le développement économique sur les pôles secondaires pour que nos territoires
ruraux restent actifs.
• Lutter contre les déserts médicaux en développant des maisons de santé sur l’ensemble du
territoire. Inciter les médecins et spécialistes à les rejoindre.
• Repenser notre agriculture vers un modèle proche des consommateurs en privilégiant
l’agriculture bio pour tous
• Défendre, dans le cadre du Brexit, le droit pour nos pêcheurs d’accéder aux zones historiques
de pêche. Travailler à la préservation de la ressource halieutique et la reconstitution des
stocks.
• Permettre la baisse du trafic aérien en développant les transports en commun interrégionaux,
les trains de nuit
• Promouvoir la culture et la langue bretonne, et permettre un accès à un enseignement
bilingue pour tous.

Durant toute la mandature, nous nous engageons à établir un contrat avec vous. Ce contrat
vise naturellement à vous rendre compte de nos actions, mais il va au-delà de ce geste naturel,
puisque nous ne serons efficaces que si nous nous nourrissons de vos expériences et de vos
projets. Ensemble nous serons plus efficaces.

Une association sera créée pour réunir les élus locaux finistériens qui souhaiteront nous
rejoindre afin qu’un travail permanent soit réalisé en semble.
Mais dès maintenant nous souhaitons réfléchir avec vous au plan de relance post-COVID qui
n’est pas à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux, et dont l’un des principes est une
nouvelle fois une nouvelle baisse des ressources des collectivités au profit des entreprises
(baisse de la CVAE et CFE) sans la moindre consultation des élus locaux.

Un contrat avec vous / Ur gevrat ganeoc’h
ecologistesregionalistes29@laposte.fr

Les candidats / An dud war ar ren :

Christophe Winckler, Béatrice Lebel, Daniel Le Bigot, Marie-Andrée Clovis-Jérôme, Maxime Touzé, Michèle Pernés

sénat eelv.02

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/elections-senatoriales-en-finistere-une-liste-ecologiste-et-regionaliste-6967392

Une « liste écologiste et régionaliste pour le Finistère » est en lice pour les élections sénatoriales du dimanche 27 septembre 2020. Elle est composée de membres d’Europe Écologie – Les Verts (EELV) et de l’Union démocratique bretonne (UDB).

La tête de liste est Christophe Winckler, 62 ans, habitant de Landerneau, ex-élu communautaire, membre d’EELV. En deuxième position : Béatrice Lebel, 61 ans, élue à Brest, membre de l’UDB. En troisième position : Daniel Le Bigot, 66 ans, élu à Quimper Bretagne occidentale, membre d’EELV. En quatrième position : Marie-Andrée Clovis-Jérome, 66 ans, habitante du pays de Concarneau, membre d’EELV. En cinquième position : Maxime Touzé, 30 ans, élu à Douarnenez, membre de l’UDB. En sixième position : Michèle Pernes, 60 ans, habitante de La Forêt-Fouesnant, membre d’EELV.

Le réchauffement climatique

Le programme de la liste repose sur trois piliers. D’abord, la promotion d’une politique écologiste grâce à la constitution d’un groupe écologiste au Sénat. « On demande aux grands électeurs de voter pour nous s’ils veulent une action efficace contre le réchauffement climatique », explique Christophe Winckler.
Deuxième axe : redonner confiance aux élus de territoire. « C’est du terrain que partent les expériences innovantes, ajoute Béatrice Lebel. On peut citer comme exemples le revenu minimum d’insertion, les circuits courts, l’habitat partagé… »

A Landivisiau Total poursuit son projet climaticide. A quand le réveil ?

commentaires Commentaires fermés
Par , 25 août 2020 18 h 52 min

landi convoi.02

Le Tour doit faire sa révolution avant de passer à Landerneau.

commentaires Commentaires fermés
Par , 12 août 2020 15 h 16 min

Le Télégramme.

Comme à Rennes, et pour les mêmes raisons, Europe écologie-les Verts s’oppose à l’arrivée d’une étape du Tour 2021 à Landerneau.

Sérieuse, la piste d’une arrivée d’étape du Tour de France 2021 à Landerneau (après le grand départ de Brest) ne transporte pas de joie Christophe Winckler et les autres adhérents locaux d’Europe écologie-les Verts. « Malgré la popularité de l’événement, EELV ne peut encourager cette proposition », formulée par le maire, Patrick Leclerc.

« Se révolutionner avant de passer »

Comme les élus écologistes de la mairie de Rennes, les sympathisants landernéens pointent « les différentes pollutions et gaspillages de toutes natures qui émaillent les étapes du Tour de France. Les organisateurs ne semblent pas avoir intégré l’impérieuse nécessité de réduire l’impact écologique de l’événement », juge EELV, les encourageant à « stopper les survols d’hélicoptères, mettre fin aux distributions d’objets promotionnels en plastique, aux promotions de sucreries et boissons néfastes à la santé… Le Tour doit faire sa révolution avant de passer à Landerneau ».

« 110 000 € à utiliser ailleurs »

Le montant de 110 000 € avancé pour obtenir cette arrivée (qui aura des retombées économiques immédiates et à moyen terme à travers les images retransmises du territoire) fait également tiquer l’ancien élu d’opposition à Patrick Leclerc (maire DVD, depuis 2008) et ses amis : « Une somme que devra payer la Ville », note Christophe Winckler. Précisons que des subventions publiques (département, région) et privées assureront une part du budget. Qu’importe, pour EELV, « avec cette somme, les Landernéens pourraient, imaginons-le, obtenir le bus gratuit pendant un an, augmenter de 25 % les actions sociales du CCAS, améliorer l’implication de la Ville dans le développement des mobilités douces » (dont les vélos !).

tour de france landerneau.02

La dernière trahison de Le Drian. Son soutien à la droite à Lorient.

commentaires Commentaires fermés
Par , 1 juillet 2020 13 h 29 min

Plutôt la droite que les écologistes !

Le Drian girouette.02

Une pratique ancienne.

Inès lobby breton.03

Enquête « +1,5°C » en 2040 : comment le dérèglement climatique peut mettre la Bretagne à sec.

commentaires Commentaires fermés
Par , 9 avril 2020 11 h 08 min

Les étudiants en journalisme de Sciences Po Rennes analysent, dans une web-série, les impacts du changement climatique en Bretagne. Au centre des préoccupations: le probable manque d’eau. Sécheresse, pollution… L’inquiétude enfle à mesure que le climat se réchauffe.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/enquete-15degc-2040-comment-dereglement-climatique-peut-mettre-bretagne-sec-1812376.html

eau sciences po.03

Enquête « +1,5°C » en 2040 : comment le dérèglement climatique peut mettre la Bretagne à sec.

Episode 3 : Des pratiques agricoles à repenser

Parmi les substances présentes dans les cours d’eaux bretons, on retrouve notamment des produits issus des activités agricoles : nitrates, phosphore, résidus de pesticides… Selon les associations de protection de l’environnement, la préservation des rivières dans lesquelles la Bretagne puise son eau potable doit passer par un changement des pratiques de l’agriculture conventionnelle. Mais pour beaucoup d’agriculteurs, une inflexion brutale de leurs modes de production est difficilement envisageable.

En quête d’eau – Épisode 4 – Changement de cap

Plogoff mon amour, mémoire d’une lutte.

commentaires Commentaires fermés
Par , 2 avril 2020 15 h 37 min

Dominique Agniel met son film en lecture libre dans cette période de confinement coronavirus.

Panorama Theme by Themocracy