Rosalie Salaün candidate EELV : retour aux sources.

commentaires Commentaires fermés
Par , 29 mai 2017 13 h 04 min

LAN_LEGISEELV.JPG_h.corre

Christophe Winckler et Rosalie Salaün sont les représentants d’une écologie « qui peut être au coeur de la recomposition politique ».

Le Télégramme

Ravie de sa désignation dans la région de ses aïeuls, Rosalie Salaün bat campagne dans la cinquième pour remettre les enjeux de l’environnement au premier plan. « L’écologie sera le moteur d’une société nouvelle », affirme la candidate EELV.

Débutant son adhésion à Europe Écologie-Les Verts (EELV) en 2011, Rosalie Salaün a rapidement intégré les équipes premières du parti. En 2012, le staff d’Eva Joly, candidate à la présidentielle, lui confie la mission des relations internationales. En 2014, elle mène la campagne aux Européennes en tant que présidente des jeunes écologistes. Cette année, Rosalie Salaün a occupé le poste de directrice adjointe de Yannick Jadot, lui-même soutien de Benoît Hamon (PS) à la présidentielle. Le tout entre des conférences à Berlin ou Madrid, avec d’autres mouvements écologistes et des partis altermondialistes où les idées pour un monde moins injuste infusent avec passion.

Berceau familial

Que vient faire cette dynamique parisienne de 29 ans, visage de l’éternel renouveau des Verts, dans la cinquième circonscription du Finistère ? Ce n’est pas le fruit du hasard. « J’avais proposé mes services dans le Finistère. Olwen Denez, un ami, s’est désisté dans la cinquième, on m’a proposé d’y devenir candidate. Je ne pouvais espérer mieux. C’est là où se trouvent mes racines. Le berceau familial se situe à La Forest-Landerneau, ma grand-mère habite au Relecq », précise l’ancienne lycéenne de Saint-Sébastien. L’acclimatation aux rigueurs de la campagne législative dans le Nord-Finistère ne prendra donc pas trop de temps.

D’autant moins que la candidate peut s’appuyer sur l’expérience du terrain local de son suppléant. Le Landernéen Christophe Winckler s’est présenté à plusieurs scrutins ces dernières années (législatives, départementales, municipales) : « Je suis toujours heureux de pouvoir aider des jeunes et de participer au renouvellement de la classe politique ».

Quatre thèmes majeurs

Le binôme développera quatre thèmes en particulier : « L’abandon du projet de centrale au gaz de Landivisiau ; la sortie du nucléaire, y compris du nucléaire militaire (une différence avec les autres candidats) ; l’instauration d’un revenu de base, porte d’entrée d’une transition écologique et moyen de lutte contre les inégalités et la sortie de l’agriculture productiviste en réorientant les aides vers les producteurs qui en ont le plus besoin (bio, agriculture paysanne et humaine) ».

« Aider Nicolas Hulot »

Rosalie Salaün et Christophe Winckler espèrent du moins que ces législatives remettront l’écologie au coeur des préoccupations majeures. Plutôt absente durant la campagne présidentielle, elle compte cependant un représentant de poids dans le nouveau gouvernement, en la personne de Nicolas Hulot : « Un homme issu de la société civile qui se retrouve face à trois ministres de droite disposant de réseaux. Il faudra l’aider à gagner ses batailles. C’est aussi pour cela que l’on a besoin d’écolos à l’assemblée », synthétise la candidate.

Un petit air de Plogoff dans les rues de Landivisiau. La résistance continue.

commentaires Commentaires fermés
Par , 21 mai 2017 14 h 42 min

La volte-face de la commission européenne ne change rien à la détermination. Le gouvernement se prépare-t-il un nouveau Notre Dame des Landes ?

landi manif. mai.02a

Prise de parole de Loïc Le Pollès ce samedi 20 mai lors de la manifestation.

A Landivisiau ce samedi 20 mai 2017, plus de 500 personnes ont encore dit NON à la centrale. Les photos.

voir aussi : https://twitter.com/GBorvon

Soutien de Rosalie Salaün, candidate Europe-Ecologie Les Verts aux législatives, à la manifestation de Landivisiau.

commentaires Commentaires fermés
Par , 18 mai 2017 12 h 57 min

Communiqué de presse

ROSALIE SALAÛN.04La décision de la Commission européenne sur la centrale à gaz de Landivisiau est aberrante, écologiquement, socialement et économiquement.

Ainsi, elle permet que l’Etat français consacre 40 millions d’euros d’argent public par an pendant vingt ans à ce gouffre financier, plutôt que de les investir dans les énergies renouvelables pourvoyeuses d’emplois locaux et durables, qui profiteraient directement aux habitants de Landivisiau et de sa région.

Il est scandaleux que la Commission européenne valide un projet qui fait fi de l’accord international climat issu de la COP21. La centrale serait une nouvelle source de gaz à effets de serre, et brûlerait des ressources non renouvelables. Ses émissions de particules fines augmenteraient les risques pour la santé des habitants de Landivisiau, déjà exposés aux émissions de la voie express et ceux de la base aérienne.

De plus, avec cette décision, la Commission se contredit sur le rôle que la centrale jouerait pour sécuriser l’approvisionnement en électricité de la Bretagne. Rappelons qu’en 2015 la commission déclarait que les autorités françaises n’avaient fourni aucun élément montrant qu’il y a eu un problème de sécurité d’approvisionnement en électricité en Bretagne, même en cas de températures exceptionnellement basses.

Pourtant, la transition énergétique est à portée de main : le collectif GASPARE propose un scénario électrique alternatif breton, et l’Ademe et negaWatt ont déjà montré la voie vers le 100% renouvelable. Des projets citoyens locaux de production d’énergie renouvelables émergent de plus en plus, et ne demandent qu’à être mieux soutenus !

Pour défendre la transition énergétique, les écologistes répondent donc présents à l’appel de l’association « Landivisiau doit dire non à la centrale » à un rassemblement à Landivisiau, le samedi 20 mai à 10 heures sur la Place du Champ de Foire.

Le 17 mai 2017
Rosalie Salaün, candidate Europe-Ecologie Les Verts – circonscription Landerneau-Landivisiau
Christophe Winckler, suppléant

Non à la centrale ! Toutes et tous à Landi.

commentaires Commentaires fermés
Par , 18 mai 2017 9 h 40 min

landi non.

Voir :

Centrale de Landivisiau. La commission européenne complice des lobbies.

Rosalie Salaün. Candidate Europe Écologie-les Verts sur la circonscription de Landerneau-Landivisiau

commentaires Commentaires fermés
Par , 11 mai 2017 13 h 33 min

ROSALIE SALAÛN.02Dans un premier temps désigné, Olwen Denez, étudiant rennais, a finalement renoncé. Ce sera donc Rosalie Salaün qui représentera les couleurs d’EELV aux législatives dans la cinquième circonscription du Finistère. Habitant à Paris, la jeune femme (âgée de 29 ans) est originaire du Relecq-Kerhuon et revendique donc une bonne connaissance du Nord-Finistère : « J’ai été lycéenne à Landerneau, à Saint-Sébastien », ajoute-t-elle, ravie que sa proposition de disponibilité auprès de son parti, formulé après le forfait d’Olwen Denez ? « un ami » ? a été suivie par une désignation de candidate dans le territoire « où j’ai mes racines ». Adhérente d’EELV depuis 2011, un temps porte-parole nationale des jeunes écologistes, l’ex attachée territoriale dans une commune du Val-de-Marne s’est impliquée dans la campagne présidentielle aux côtés de Yannick Jadot (soutien de Benoît Hamon).

Christophe Winckler suppléant

« Je suis, notamment, le dossier de la centrale au gaz de Landivisiau ». L’un des sujets d’achoppement de la campagne dans la cinquième circonscription, où Rosalie Salaün voudra « rendre l’écologie plus visible ». Elle pourra s’appuyer sur l’expérience des campagnes et des mandats de son suppléant. Ex-conseiller municipal et communautaire, le Landernéen Christophe Wincler, également adhérent d’EELV, a accepté de tenir ce rôle.

Le télégramme

Voir aussi :
Cette jeune diplômée porte la voix des Jeunes Écologistes

Campagne Hamon. Communiqué de EELV Landerneau.

commentaires Commentaires fermés
Par , 24 mars 2017 22 h 40 min

Contrairement à ce qui a été annoncé dans vos colonnes, les membres d’EELV de la circonscription de Landerneau souhaitent préciser sans équivoque possible, qu’ils ne soutiendront pas la candidature de Chantal Guittet.

Le groupe d’Europe Ecologie les Verts de la circonscription de Landerneau a été invité à l’inauguration du comité de soutien de Benoit Hamon qui s’est déroulée le samedi 18 mars à Landerneau.

Durant cet évènement, EELV a pu rappeler que de nombreux points de convergence étaient actés, et que c’était bien la première fois que le programme d’un candidat issu des rangs du parti socialiste comportait un nombre important de points dans lesquels EELV se retrouve, ce qui résulte entre autre des discussions entre les équipes de Benoit Hamon et celles de Yanick Jadot.

Durant cette réunion, nous avons émis le souhait de saisir cette opportunité de convergence, pour discuter ensemble de certains points majeurs qui nous divisent encore. Les questions emblématiques de l’industrie de l’armement et de la dissuasion nucléaire doivent être traitées durant la campagne.

Pour EELV, la France doit mettre en place une politique de mutation de l’industrie de l’armement vers des activités pacifiques et bénéfiques à l’humanité. Or durant le précédent septennat, nous ne pouvons faire que l’amer constat que le gouvernement a développé des efforts considérables pour maintenir la France dans le cercle très fermé des plus grands pourvoyeurs d’armements.

De même, en ce qui concerne la dissuasion nucléaire, EELV désapprouve l’attitude du gouvernement actuel qui refuse d’étudier au sein de l’ONU l’interdiction de l’armement nucléaire. Ceci est un point de désaccord majeur avec Benoit Hamon qui s’est engagé à moderniser l’armement nucléaire français.

Cette réunion a aussi été l’occasion de rappeler l’attachement d’EELV aux élections à la proportionnelle et à un seul tour. C’est le seul moyen de redonner du sens à notre démocratie et d’écarter du pouvoir les partis d’extrême droite comme cela s’est fait il y a quelques jours aux Pays Bas.

D’autres questions seront également posées durant cette campagne, dont celle de la position des différents candidats sur la centrale à gaz de Landivisiau, projet qui n’a pour le moment toujours pas été abandonné.

Pour EELV – Circonscription Landerneau
Le 24 mars 2017
Dominique Micolod
Christophe Winckler

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Lire aussi : A Benoît Hamon : l’écologie c’est aussi le refus du nucléaire militaire !

011-FLAMANVILLE2016-akor76

Panorama Theme by Themocracy