Category: Election

Sénatoriales 2020 dans le Finistère. Nécessité d’un groupe écologiste au Sénat. Ezhomm ‘zo ur strollad ekologourien er Senad

commentaires Commentaires fermés
Par , 22 septembre 2020 15 h 17 min

sénat eelv 2020sénat eelv

Faisons enfin confiance aux territoires
Bezomp fiziaňs en hor broioù, a-benn ar fin

Nous savons tous que l’innovation, qu’elle soit écologique, sociale, économique ou culturelle,
naît dans les territoires. C’est là qu’ont été inventées les premières expériences de revenu
minimum d’insertion, de territoires zéro chômeur, de schémas intermodaux pour les mobilités
douces, d’économie circulaire, de circuits courts alimentaires pour les cantines, d’habitat
partagé ou intergénérationnel, d’investissement public dans les énergies renouvelables et en
particulier les chaufferies bois, d’artothèques ou encore de festivals populaires, etc.
Nous défendrons avec vous nos valeurs pour plus de solidarité en redistribuant mieux les
richesses, en particulier en direction des plus faibles et des populations précaires. C’est en
nous appuyant sur vos expériences et connaissances du terrain que nous pourrons construire
ensemble une société apaisée, plus sobre pour que les générations futures puissent, comme
nous, vivre en dehors des conflits.

Répondre aux enjeux environnementaux et sociaux

• S’engager avec résolution dans la transition écologique
• Rénover l’habitat – action créatrice d’emplois et d’économies pour les locataires des
logements sociaux.
• Développer les transports en commun, y compris dans les territoires ruraux
• Réduire notre impact sur notre environnement et le grignotage des terres agricoles
• Mieux partager le travail et imaginer les emplois qui repousseront l’exclusion et permettront
de réduire le chômage

Equilibrer l’aménagement du territoire

• Garantir les services publics de proximité sur les communes.
• Prioriser le développement économique sur les pôles secondaires pour que nos territoires
ruraux restent actifs.
• Lutter contre les déserts médicaux en développant des maisons de santé sur l’ensemble du
territoire. Inciter les médecins et spécialistes à les rejoindre.
• Repenser notre agriculture vers un modèle proche des consommateurs en privilégiant
l’agriculture bio pour tous
• Défendre, dans le cadre du Brexit, le droit pour nos pêcheurs d’accéder aux zones historiques
de pêche. Travailler à la préservation de la ressource halieutique et la reconstitution des
stocks.
• Permettre la baisse du trafic aérien en développant les transports en commun interrégionaux,
les trains de nuit
• Promouvoir la culture et la langue bretonne, et permettre un accès à un enseignement
bilingue pour tous.

Durant toute la mandature, nous nous engageons à établir un contrat avec vous. Ce contrat
vise naturellement à vous rendre compte de nos actions, mais il va au-delà de ce geste naturel,
puisque nous ne serons efficaces que si nous nous nourrissons de vos expériences et de vos
projets. Ensemble nous serons plus efficaces.

Une association sera créée pour réunir les élus locaux finistériens qui souhaiteront nous
rejoindre afin qu’un travail permanent soit réalisé en semble.
Mais dès maintenant nous souhaitons réfléchir avec vous au plan de relance post-COVID qui
n’est pas à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux, et dont l’un des principes est une
nouvelle fois une nouvelle baisse des ressources des collectivités au profit des entreprises
(baisse de la CVAE et CFE) sans la moindre consultation des élus locaux.

Un contrat avec vous / Ur gevrat ganeoc’h
ecologistesregionalistes29@laposte.fr

Les candidats / An dud war ar ren :

Christophe Winckler, Béatrice Lebel, Daniel Le Bigot, Marie-Andrée Clovis-Jérôme, Maxime Touzé, Michèle Pernés

sénat eelv.02

https://www.ouest-france.fr/bretagne/finistere/elections-senatoriales-en-finistere-une-liste-ecologiste-et-regionaliste-6967392

Une « liste écologiste et régionaliste pour le Finistère » est en lice pour les élections sénatoriales du dimanche 27 septembre 2020. Elle est composée de membres d’Europe Écologie – Les Verts (EELV) et de l’Union démocratique bretonne (UDB).

La tête de liste est Christophe Winckler, 62 ans, habitant de Landerneau, ex-élu communautaire, membre d’EELV. En deuxième position : Béatrice Lebel, 61 ans, élue à Brest, membre de l’UDB. En troisième position : Daniel Le Bigot, 66 ans, élu à Quimper Bretagne occidentale, membre d’EELV. En quatrième position : Marie-Andrée Clovis-Jérome, 66 ans, habitante du pays de Concarneau, membre d’EELV. En cinquième position : Maxime Touzé, 30 ans, élu à Douarnenez, membre de l’UDB. En sixième position : Michèle Pernes, 60 ans, habitante de La Forêt-Fouesnant, membre d’EELV.

Le réchauffement climatique

Le programme de la liste repose sur trois piliers. D’abord, la promotion d’une politique écologiste grâce à la constitution d’un groupe écologiste au Sénat. « On demande aux grands électeurs de voter pour nous s’ils veulent une action efficace contre le réchauffement climatique », explique Christophe Winckler.
Deuxième axe : redonner confiance aux élus de territoire. « C’est du terrain que partent les expériences innovantes, ajoute Béatrice Lebel. On peut citer comme exemples le revenu minimum d’insertion, les circuits courts, l’habitat partagé… »

EELV du Pays de Landerneau-Daoulas ne soutiendra pas la candidature de la liste “Landerneau pour tous” lors du prochain scrutin municipal.

commentaires Commentaires fermés
Par , 20 décembre 2019 9 h 57 min

Communiqué de presse

Suite à la présentation de la liste « Landerneau pour tous » dans le local du PS, les membres d’EELV du Pays de Landerneau-Daoulas, souhaitent annoncer que le groupe ne soutiendra pas la candidature de cette liste lors du prochain scrutin municipal.

La liste présentée le 18 décembre est fondée sur la vieille gauche française, c’est-à-dire de partis qui ont perdu leur audience électorale. Elle ne répond en rien à l’urgence écologique qui a mis des millions de jeunes en action pour défendre le climat et leur propre avenir et qui avaient mis la liste EELV nettement en seconde position derrière la liste Macron en mai dernier.

Constatant que la démarche de la liste « Landerneau pour Tous » est peu en phase avec les attentes de la population, les militantes et militants de EELV considèrent qu’il est préférable de continuer à agir à Landerneau et à la CCPLD pour un véritable changement écologique et solidaire. Chacune et chacun est invité à nous rejoindre pour participer à animer ce projet.

Le 20 décembre 2019

Pour le Groupe Europe Ecologie les Verts du Pays de Landerneau Daoulas

Gaspare et les candidat(e)s aux départementales.

commentaires Commentaires fermés
Par , 14 mars 2015 0 h 03 min

Voir l’émission du 13 mars sur FR3 Iroise

img01
__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Christophe Winckler : au sujet des 40 millions d’euros annuels pendant 20 ans et reconductibles accordés à Direct Energie : “Ces quarante millions d’euros sont scandaleux car on est vraiment là dans une économie assistée pour des intérêts tout à fait privés. Si on les utilisait pour l’isolation des bâtiments, ce n’est pas 10 à 20 emplois qui seraient créés mais plutôt des centaines”.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Voir aussi sur FR3 An Taol Lagad : http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_local_12_13_an_taol_lagad_,118032664.html

Landi FR4

Sénatoriales Finistère : EELV en ordre de bataille.

commentaires Commentaires fermés
Par , 5 septembre 2014 12 h 02 min

Ouest-France

Les écologistes ont présenté leur liste finistérienne, dimanche, à Quimper. Ils développent leurs thèmes de campagne.

Les membres d’Europe écologie-les Verts (EELV) du Finistère ont présenté, dimanche, leur liste pour les élections sénatoriales du 28 septembre. Nathalie Chaline, adjointe au maire de Brest et conseillère communautaire à Brest métropole océane, prend la tête de cette liste autonome. « Il y a bien eu des discussions avec d’autres partis pour construire une liste commune, révèle-t-elle. Mais nous n’avons pas trouvé d’accord politique. Nous avons préféré l’autonomie. »

Les membres de la liste l’assurent : s’ils sont élus, ils démissionneront de leurs autres mandats électoraux. Quel programme défendent-ils ? « Nous estimons qu’il est indispensable de porter un regard neuf sur les politiques publiques nationales pour sortir des crises environnementale, économique, sociale et démocratique. » Les écologistes veulent une « agriculture plus responsable, garantissant une alimentation saine et l’emploi agricole ».

Pour une Bretagne à cinq

Ils militent pour un « aménagement du territoire équilibré, solidaire au service de tous ». Et pour « la défense des services publics et de l’intérêt général ». Ils entendent mener une « politique économique écologique » et veulent une « transition énergétique, économique et sociale ». Concernant le redécoupage territorial de la France, Nathalie Chaline, estime « qu’il faut d’abord réfléchir aux politiques que les nouvelles régions devront mener avant de redécouper le territoire ». Elle milite pour une Bretagne à cinq départements.

La liste Écologie et solidarité

1. Nathalie Chaline, 50 ans, adjointe au maire de Brest et conseillère communautaire à Brest Métropole océane ; 2. Jean Cathala, 55 ans, principal d’un collège rural résident à Douarnenez ; 3. Marie-Andrée Jérôme-Clovis, 60 ans, retraitée de l’Éducation nationale, Concarneau ; 4. Christophe Winckler, dirigeant de Lessonia, entreprise de valorisation d’algues, et ancien conseiller municipal et communautaire à Landerneau ; 5. Magali Deval, chargée de mission à la Feve, la Fédération des élus Verts et écologistes, Plouguin ; 6. Serge Borvon, retraité de DCNS, conseiller municipal à Plougastel-Daoulas.

Marie-France Cloarec. Une femme engagée.

commentaires Commentaires fermés
Par , 6 juin 2014 9 h 27 min

Notre amie Marie-France Cloarec nous a quitté(e)s en ce début de juin 2014.

Marie-France était une femme engagée.

Marie-France était engagée dans son métier d’enseignante. Ses élèves comme ses anciennes collègues en témoignent régulièrement. Professeur d’économie elle ne se contentait pas de vérités enseignées comme des dogmes. Elle avait pour objectif premier de provoquer des interrogations chez ses élèves afin qu’ils puissent découvrir le monde avec leur propres yeux.

Militante syndicaliste à la CFDT elle avait le soucis du dialogue et du respect des différences.

Marie-France était engagée dans la cité. Elle savait que le plaisir de vivre dans sa ville réside dans les petites choses essentielles : des trottoirs où on puisse se déplacer en sécurité, de véritables pistes cyclables, des zones boisées et des espaces verts préservés, un centre ville animé. Présidente de l’association « Patrimoine et cadre de Vie », elle avait la volonté de faire connaître et mettre en valeur ce qui fait la richesse de sa ville.

Marie-France était engagée pour le justice et la solidarité. Militante de Amnesty International elle a poursuivi, jusqu’à une période récente, son combat pour les droits et la dignité des femmes et des hommes partout sur la Planète : par des lettres adressées aux responsables politiques, par des expositions, par des conférences dans les écoles.

Marie-France était engagée pour la défense de l’environnement.
Au sein du comité pour l’information sur le nucléaire, le CLIN de Landerneau, elle a pris une part active dans la lutte contre la construction d’une centrale nucléaire à Porsmoguer d’abord, à Plogoff ensuite. Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima nous prouvent à quel point son combat était juste.

Ce premier succès a été suivi de son engagement permanent dans toutes les actions pour préserver le cadre de vie de chacune et chacun : pour la qualité de l’eau dans l’Elorn, pour la préservation des zones humides et des espaces boisés, pour une limitation et une bonne gestion des déchets, pour un air respirable, pour le développement des énergies renouvelables. Tous sujets qui sont considérés comme primordiaux aujourd’hui.

Marie-France était engagée pour la démocratie. Fort logiquement elle a souhaité mettre son expérience et son engagement au service de ses concitoyennes et de ses concitoyens. Elle a été parmi les quelques personnes qui ont initié la présentation d’une liste, mettant en avant la démocratie, l’écologie et la solidarité, aux municipales de 1995. Sans sa connaissance de la ville et sans les nombreuses amitiés qu’elle y comptait, cette liste n’aurait sans doute pas vu le jour. En 2001 elle devenait conseillère municipale au côté de Christophe Winckler. Pendant ces six ans de mandat chacun a pu mesurer le sérieux de son engagement et constater combien elle était concernée par le bien-vivre dans sa ville. Le mot « citoyenneté » avait pour elle un sens profond.

En 2008, sollicitée par ses amis, elle a accepté de rompre avec son habituelle discrétion et s’est présentée aux élections cantonales. Les rencontres qu’elle a faites à cette occasion lui ont confirmé l’adhésion de nombreuses personnes à ses propositions et l’estime accordée à la candidate qui les portait. En 2014 elle figurait à nouveau sur la liste municipale « Dynamique d’Avenir, Ecologie-Citoyenneté-Solidarité » et a encore participé de façon active à la campagne de la liste « Europe Ecologie, les Verts » lors des européennes.

Sa disparition brutale nous laisse dans une profonde tristesse mais son souvenir nous accompagnera toujours.

Ses amies et ses amis de Démocratie-Ecologie-Solidarité.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Voir aussi sur Ouest-France

25 ans d’écologie à Landerneau. 11 juin 1995. Démocratie, Ecologie, Solidarité : premières élections municipales.

commentaires Commentaires fermés
Par , 23 avril 2014 13 h 25 min

Bien des obstacles ont dû être surmontés avant que cette affiche, dessinée par Annaig Le Berre, n’apparaisse sur les panneaux électoraux de la ville de Landerneau.

cliquer sur les images pour agrandir.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Cela commence par une initiative de quelques membres de l’association “Landerneau Ecologie” qui a été créee en 1989. L’écologie peut-elle être absente des prochaines élections municipales ? L’idée est d’autant plus dans l’air que la précédente majorité municipale socialiste n’a pas brillé par sa démocratie et son ouverture aux problèmes écologiques. Une première réunion d’information est annoncée pour le 9 février.

Déjà treize personnes pour convoquer une deuxième réunion pour le 28 février.

Après une troisième réunion le 8 mars un premier groupe de travail sur la démocratie rend sa copie.

Un appel au peuple.

Il est temps d’apparaître publiquement. C’est fait le 8 mai par une conférence de presse. Nous pouvons alors compter sur 17 personnes, 8 femmes et 9 hommes. Il nous manque encore 16 personnes pour que notre liste soit complète. Nous décidons de faire un appel public à nous rejoindre. Les présent(e)s se souviennent encore de l’air dubitatif, pour ne pas dire ironique, des journalistes qui nous écoutent. Il est vrai que les listes doivent être déposées en préfecture avant le 2 juin à minuit. Il nous reste moins d’un mois. Le pari est osé mais nous y croyons.

Un premier tract.

La meilleure façon d’inviter à nous rejoindre est des présenter un premier état de nos réflexions. C’est ce que nous faisons dans un quatre pages largement diffusé. Remarquer les illustrations de Annaig Le Berre qui nous a rejoints.

L’appel est donc clairement lancé.

Pari tenu.

Notre appel a été entendu et nous pouvions faire notre première photo de groupe devant le bois du Tourous avant que la “quatre voies ouest”, objet de débat pendant ces municipales, ne vienne le couper en deux morceaux.

Une liste paritaire alternée, cinq ans avant la loi.

Réussir une liste complète, et qui plus est paritaire et alternée, 16 hommes-17 femmes, nous pouvions en être satisfaits. Par comparaison la liste Cuiec ne comptait que 11 femmes pour 22 hommes et 2 hommes têtes de liste. Celle Thomin/Meurice également 11 femmes pour 22 hommes et deux hommes en tête de liste.

Profession de foi et bulletin.

Résultats ?

Malgré notre campagne courte et l’habituel appel au “vote utile” de la liste Thomin/Meurice, on espérait 10%. Il faudra nous contenter de 7,87%. Mais nous avons 1 élu et six ans pour faire vivre l’écologie au niveau municipal.

Nous en sommes déjà certaines et certains : nous ferons mieux la prochaine fois !

Les deux groupes de la liste majoritaire se partagent les postes. Il y aura un adjoint à l’environnement mais on privera l’élu écologiste de l’accès à la totalité des dossiers en refusant la création d’un groupe DES sous l’argument fallacieux qu’un seul élu ne peut constituer un “groupe”.

Un clin d’oeil pour finir.

le vieux serpent de mer de la rocade Sud de Lanrinou était déjà dans le débat avec deux défenseurs du projet : Gilles Meurice et Jean Chevalier. Et déjà le faux argument du “développement de la zone agroalimentaire de Lanrinou”.

Mais déjà un comité de défense des riverains ne l’entendait pas de cette oreille.

Déjà donc un contre projet, d’autres suivront. Nous aurons l’occasion de raconter, sur ce site, la saga de cette “voie de Lanrinou”

Et DES devint une association

Dernier conseil

Difficile de résumer ici six ans de conseils municipaux et d’actions de Démocratie d’Ecologie et de Solidarité sur le terrain. Disons simplement qu’à l’heure du bilan nous avions toutes les raisons d’être satisfaits et, donc, “décontractés”.

Et oui, ils et elles iront ! Christophe, Marie-France et l’ensemble de la nouvelle liste DES écriront la page suivante.


______________________________________________________________________________________________________________________________

Panorama Theme by Themocracy