Category: Finance

Bilan financier du Festival « Fête du bruit dans Landerneau »

commentaires Commentaires fermés
Par , 18 août 2011 0 h 02 min

Les propos de Monsieur Joel Bernard, directeur du Festival, et repris dans l’article du Télégramme du 15 août 2011 concernant la notion de service public interpelle au plus au point l’association DES.

Une définition communément admise du service public désigne l’ensemble des activités à but non lucratifs exercé par ou pour le compte de la puissance publique, dans le but de satisfaire une demande sociale devant être disponible pour tous.

Force est de constater que ce festival ne correspond aucunement à cette définition, aussi l’association DES demande la mise en place d’une commission chargée d’établir les coûts de cette manifestation (lucrative pour l’organisateur) supportés par les collectivités et par l’Etat dans les domaines suivants :

  • mise à disposition d’installations et de personnels communaux :
    • démontage et remontage des installations sportives
    • montage et démontage des éclairages publiques supplémentaires
    • mise en place et retrait des déviations et barriérages associés
    • remise en état des biens communs détériorés (stades, plantations etc …)
    • nettoyage des lieux publics hors zone réservée au festival
  • sûreté, notamment les gendarmes venus renforcer l’effectif normal
  • sécurité, plus particulièrement les sapeurs-pompiers consolidant le dispositif ordinaire
  • assainissement et traitement des déchets
  • subventions accordées par la ville, la communauté de communes et éventuellement par d’autres collectivités.

Dans un souci de transparence et d’honnêteté dans l’utilisation des ressources financières publiques destinées uniquement à servir l’intérêt général, l’association DES demande que toute la lumière soit faite sur les dépenses engagées pour cette manifestation non prises en charge par l’organisateur et que ce rapport soit publié dans le journal de la Ville.

Arbitrages budgétaires

commentaires Commentaires fermés
Par , 21 septembre 2010 21 h 54 min

La déclaration de la majorité municipale de réfléchir, déjà, à des arbitrages budgétaires pour 2011 a de quoi surprendre.

Le plus surprenant c’est d’engager la démarche dès le mois de septembre et ceci d’autant plus que Patrick Leclerc plaçait son budget 2010 sous le sceau de la rigueur et de la vigilance (OF 1er février 2010). La toute récente déclaration peut laisser penser qu’il y a eu des dérives budgétaires non maîtrisées en 2010, ce qui semble donner raison à nos déclarations de début d’année « le budget ne comporte ni rigueur, ni solidarité, ni environnement ».

Pour 2011, nous serons tout aussi vigilants. C’est donc le moment où jamais de lancer une véritable politique de sobriété pour la ville en matière de dépenses énergétiques, de consommables etc…

  • Un poste « Monsieur, Madame énergie » est de plus en plus d’actualité. Ce serait un geste fort pour mettre la ville dans la voie de l’exemplarité recherchée.
  • De même il conviendra d’être beaucoup plus rigoureux en matière de subventions ou d’aides directes à des manifestations comme la « fête du bruit dans Landerneau », devenue aujourd’hui opulente.
  • Qu’en est-il de « l’impôt » Saint Jo ? Les landernéens vont-ils continuer à le payer durant des années (180 000 euros/ans) ?

Ligne Brest-Landerneau-Quimper

commentaires Commentaires fermés
Par , 19 septembre 2009 8 h 44 min

D.E.S. soutient l’association ASSOTER29 qui promeut la desserte par le TER des communes situées entre Brest et Quimper via Landerneau.

Il faut bien prendre conscience que les élus de tous bords ont favorisé le développement urbain des communes rurales périphériques de l’agglomération de Brest en créant de toute pièce des lotissements à la campagne sans qu’aucun plan de circulation par des transports en commun n’ait été prévu. Cette situation a pour conséquence l’obligation pour les familles de consacrer un budget important pour entretenir 2 voitures et participe positivement au réchauffement climatique.

A titre d’exemple, pour se rendre en transport en commun depuis Landerneau à Hanvec, et même Daoulas, il est nécessaire de combiner deux à trois types de transport (voiture, bus, TER). Le record revenant au trajet Landerneau-Daoulas nécessitant 2 heures en général, alors que Landerneau-Hanvec, plus long en distance, nécessite 1 heure.

Il est dorénavant de la responsabilité du conseil général et de la région de créer les conditions permettant de se déplacer au moyen des transports en commun. La ligne Brest-Landerneau-Quimper est de ce point de vue est un exemplaire à ne pas suivre. Entre Landerneau et Quimper ne subsistent que 3 arrêts (Dirinon, Pont-de-Buis, Châteaulin). Pour Dirinon, il y a 2 trajets par jour, et 6 pour Pont-de-Buis et Châteaulin. Il est maintenant urgent de rouvrir des gares et de multiplier la fréquence des trajets.

Ce débat sera au cœur des prochaines élections régionales car c’est bien la région Bretagne qui a la compétence concernant la gestion du T.E.R. Si on regarde le mandat qui est en train de se terminer, il faut regretter que la ligne de TGV entre Le Mans et Rennes ait focalisé l’essentiel des projets. Pour D.E.S et les Verts du Pays de Landerneau Daoulas, la priorité est de loin, de fournir aux finistériens les moyens de se déplacer localement avant de dépenser des sommes colossales (1,1 milliard d’euros) pour gagner une demi-heure entre Paris et Rennes.

Pour d’avantages d’informations:

ASSOTER29 : http://assoter29.over-blog.com/

SEAUS : http://seaus.free.fr/spip.php?article373

Panorama Theme by Themocracy