Une nouvelle dynamique

commentaires Commentaires fermés
Par , 16 novembre 2013 9 h 34 min

Après trois mandants où des représentants de DES ont été élus à la ville et la communauté de communes de Landerneau-Daoulas, il nous semble important de créer une nouvelle dynamique pour que la voie de l’écologie et de la solidarité confirme son audience auprès de l’électorat landernéen.

Depuis septembre, nous proposons de faire émerger de nouvelles personnes (jeunes, femmes, nouvelles têtes) capables de fédérer diverses tendances. C’est ce que nous avons en particulier proposé au Front de Gauche indépendamment du programme sur lequel il est apparu que nous partagions bon nombre de points de vue.

Dans la situation actuelle, une liste de gauche, écologiste et solidaire à Landerneau s’impose pour les prochaines échéances électorales. Démocratie Ecologie Solidarité s’y attache et poursuit son travail dans ce sens. En effet, il nous semble important de rompre avec le consensus des parties majoritaires à droite et à gauche, sur bon nombre de projets couteux et inutiles (Notre Dame des Landes, Central à Gaz de Landivisiau, Voie de Lanrinou,etc…). Nous devons refuser les orientations politiques qui mènent à l’échec de l’industrie agroalimentaire en Bretagne et qui, au delà des pollutions, sont responsables de licenciements massifs. Enfin, il est temps de réorienter les budgets sur des projets qui concernent la vie quotidienne de chacun, la création d’emplois durables, ainsi que la qualité de l’environnement.

Ecotaxe : réponse à Patrick Leclerc

commentaires Commentaires fermés
Par , 17 octobre 2013 19 h 35 min

En intervenant lors des manifestations organisées par Triskalia contre l’ecotaxe, Patrick Leclerc a montré qu’il défendait le modèle du passé. La politique qu’il prône ne propose aucune solution face aux défis énergétiques auxquels nous devons faire face collectivement et n’apporte pas non plus de solutions pour les salariés des entreprises touchées ainsi que leurs enfants. Finalement, il se présente comme le porte drapeau du statu-quo qui mène la Bretagne à la faillite.

L’opération de communication organisée par la coopérative, vise à faire avorter la contribution économie-climat (écotaxe). L’argumentation suivie par le lobby est grossière,  car elle vise à établir un lien direct entre l’écotaxe et la fermeture de GAD ou les licenciements chez Doux.

Cela met en lumière que la concentration des porcheries industrielles ou des élevages volaillers en Bretagne est basée sur la notion du gaspillage et que ce système a perdu pied puisqu’il est économiquement non viable. Pire, les salariés de ces entreprises, ainsi que les éleveurs, ont été utilisés pour enrichir des intérêts privés importants au détriment de l’intérêt général et de l’environnement.

Plutôt que s’arc-bouter sur un modèle dépassé, il est temps de se tourner vers des projets d’avenir qui offrent aux générations futures les conditions pour continuer à vivre de façon durable à la pointe de la Bretagne. Les écologistes proposent une transition porteuse d’avenir :

  • Repenser le modèle agricole breton en développant une agriculture non productiviste, biologique ainsi que des circuits d’approvisionnement courts, persectives d’avenir pour les filières et les éleveurs
  • Mettre le paquet sur le développement du transport des marchandises par le rail, or pour le moment, nous constatons que l’Etat, la Région et le Département on choisit de s’occuper avant tout des transports polluants (aéroport de Notre Dame des Landes).

Abris pour insectes : un projet secondaire

commentaires Commentaires fermés
Par , 7 avril 2013 19 h 25 min

L’agenda 21 de la ville de Landerneau, qui doit guider l’ensemble des actions de la ville s’oriente vers la réalisation de projets secondaires? C’est en effet ce qui apparaît suite à l’opération de communication sur les sympathiques abris pour insectes fraîchement installés en ville.

«C’est pour encourager la biodiversité» dit Patrick Leclerc. Il a raison, sauf que, si dans le même temps, il poursuit le projet de voie de Lanrinou entrainant des pertes considérables de biodiversité à Landerneau (bois de Pencran, prairies humides….), ces hôtels seront à considérer comme des amusettes.

Au lieu de focaliser son action sur ce type de communication, il serait plus utile que l’équipe majoritaire prenne en considération la situation de crise que traverse notre pays, et qu’elle s’occupe avant tout des enjeux majeurs auquel il convient de faire face.

Une analyse des fiches de l’agenda 21 montre que des axes majeurs sont au point mort :

  • Développer l’accès à la culture pour tous. A ce jour la seule réalisation a été confiée à une entreprise privée, Régiscène dans le cadre de la communication autour de la Fête du Bruit.
  • Agir contre la précarité énergétique pour les personnes en difficulté : rien n’a été fait
  • Développer la marche et le vélo. La ville a supprimé les marquages aux sols qui faisaient office de pistes cyclables.
  • Définir des règles d’urbanisme pour rendre l’habitat moins énergivore. Rien n’a été fait.
  • Développer les achats économiquement et socialement responsables. Deux remarques :
  1. Landerneau continue à utiliser des pavés qui ont probablement été fabriqués dans des conditions contraires aux droits des travailleurs définis par l’ONU.
  2. En matière financière Landerneau peut agir pour lutter contre les paradis fiscaux en écartant les banques qui s’y sont installées.

Pour mener à bien ces projets, il faut réunir deux conditions. Désigner un élu responsable de la mise en œuvre de l’agenda 21. Recréer le poste d’agent supprimé l’année dernière.

Pour information : les partenaires de l’agenda 21 (élus, citoyens, associations) attendent toujours le rapport du point étape promis avant l’été 2012.

Echangeur de Kériel

commentaires Commentaires fermés
Par , 9 février 2013 19 h 22 min

DES apprécie l’unanimité qui se dégage contre le projet de l’Etat visant à supprimer l’échangeur de Keriel. Nous souhaitons rappeler que notre groupe avait pris position en mai 2003 suite à l’enquête publique visant à mettre aux normes autoroutières la RN12.

La suppression de l’échangeur aurait rallongé inutilement les trajets pour bon nombre d’usagers qui l’utilisent. De plus, l’échangeur est un bon outil pour limiter l’engorgement du trafic à Saint Eloi et offre aux poids lourds un deuxième accès à zone industrielle de Plouédern.

Suite aux prises de position publiques de nombreux élus, il faut maintenant aller plus loin qu’acter que ce projet est enterré. Il est temps de dégager un budget pour le sécuriser et ne pas attendre qu’un accident grave survienne pour prendre conscience de la dangerosité du site. Une visite sur le site montre que la configuration des lieux est exiguë et que les risques d’emprunter la voie express à contre sens sont réels. De plus l’accès au pont permettant de franchir la RN12 depuis le nord, impose de couper la bretelle de sortie (Morlaix-Brest) de la voie express, ce qui n’est pas dénué de dangers.

Un rond point permettrait certainement de sécuriser cette espace.

Transfert de compétence de l’assainissement à la CCPLD

commentaires Commentaires fermés
Par , 15 octobre 2012 22 h 39 min

Les réactions des différents conseils municipaux (Le Tréhou, Dirinon, Plouédern…), que vous avez retranscrits dans vos colonnes témoignent à la fois du mécontentement de la population de certaines communes en matière de tarif de l’assainissement et montrent l’inquiétude des communes en ce qui concerne la façon dont le service va être géré par la communauté de communes.

D.E.S. considère que le transfert de la compétence assainissement des communes vers la communauté doit être l’occasion d’améliorer le service et de le rendre plus juste. Cependant nous désapprouvons la méthode employée par la communauté de communes qui risque de conduire à des mécontentements et à l’insatisfaction des usagers.

La méthode employée est complètement opaque et fait abstraction de la démocratie locale ainsi que de l’avis des usagers. Lorsque le projet a été présenté en janvier 2012, Jean-François Jaouanet s’était engagé sur une présentation des tarifs en juin 2012. Or dans son propos liminaire du conseil communautaire de vendredi 12 octobre, il indiquait que le dossier ne serait pas rendu public avant le conseil du 14 décembre, soit 15 jours (fêtes comprises) avant la prise de compétence. Autant dire que tout sera bouclé et qu’il n’y a aucune place au débat démocratique et à la consultation des usagers. Il a d’ailleurs appuyé ce propos en disant explicitement qu’il était impossible de dévoiler les hypothèses de tarifs à l’avance.

Les landernéens ont de quoi être inquiets !
Nous apprenions en début d’année que pour payer la mauvaise gestion de certaines communes comme Hanvec, les landernéens allaient devoir supporter des augmentations tarifaires considérables de 30 à 40 %. Depuis d’autres mauvaises nouvelles ont été rendues publiques comme la transaction en défaveur de Landerneau et en faveur des communes de Plouédern et de Pencran, ainsi que le grand mécontentement des habitants du Tréhou laissant augurer de possibles largesses de la CCPLD afin de réaliser les branchements …..

Est-ce que les landernéens qui ont un service en régie fonctionnant de façon optimale, et qui ont économiser depuis des années (2 500 000 euros) vont accepter de voir leur facture d’assainissement s’envoler durant les 10 prochaines années sans être ni consultés ni mis au courant ?

Déjà en janvier 2012, nous demandions à Patrick Leclerc de rendre publiques les négociations, c’est maintenant une grande urgence.

Commission municipale des usagers du bus : bilan 2011

commentaires Commentaires fermés
Par , 14 juin 2012 22 h 33 min

La semaine dernière s’est tenue la commission municipale consultative des usagers du bus. Cette réunion est importante car c’est l’occasion de faire le point sur le service de transport en commun à Landerneau.

Fréquentation
L’année 2011 a été une nouvelle fois marquée par la progression de la fréquentation : +4,7%.
C’est d’autant plus intéressant que cela s’inscrit dans la durée car, depuis la création du service du bus, la fréquentation n’a cessé d’augmenter. Cette dynamique permet de penser qu’en renforçant encore le service, la fréquentation pourrait progresser de façon significative. Les landernéens y sont prêts.

Absence de concertation
A l’occasion du renouvellement du contrat, Patrick Leclerc avait promis une large concertation. Celle-ci n’aura pas lieu.
Durant une année, D.E.S n’a eu cesse de rappeler qu’il était temps de lancer une telle concertation. Nous ne pouvons que déplorer la mise à l’écart de la population, des associations et des élus de l’opposition pour réfléchir et travailler sur l’évolution du service de bus à Landerneau.

Elargir à la communauté de communes
Le fait marquant est aussi la léthargie avérée de la communauté de communes sur la compétence «transport en commun». Pourtant il y a beaucoup à faire, et elle pourrait commencer par le transport des salariés, son domaine de compétence. Il y a déjà deux ans, D.E.S avait lancé l’idée que la CCPLD pourrait créer un service de navettes à destination des salariés des zones industrielles. Le Maire de Landerneau avait trouvé cette idée intéressante. Le bureau de la communauté de communes dont c’est la responsabilité, est resté de marbre !

Panorama Theme by Themocracy