Category: Moment d’histoire

25 ans d’écologie à Landerneau. 5 mai 1989, le premier jour.

commentaires Commentaires fermés
Par , 17 avril 2014 15 h 03 min

Le 5 mai 1989 se tenait à Landerneau à la maison de quartier de Kergreis la première réunion de ce qui allait devenir un groupe écologiste à Landerneau. Il s’agissait de la création d’un Comité de soutien aux Verts à Landerneau dans le cadre des élections européennes à venir. Ci-dessous le texte d’appel à la constitution de ce comité.

Création d’un comité de soutien aux Verts à Landerneau.

Les récentes élections ont manifesté l’absence à Landerneau d’un courant écologiste organisé. Pourtant au niveau associatif comme à celui d’engagements individuels les préoccupations qui sont celles des écologistes sont très présentes dans notre ville. On se souvient de la mobilisation autour de Plogoff, des luttes pour la sauvegarde de l’environnement (Langazel, l’Elorn).

Mais l’écologie ce n’est pas uniquement l’environnement. C’est aussi refuser une idéologie de la croissance productiviste qui accentue la crise sociale et développe les phénomènes de chômage et de déracinement. C’est favoriser, au contraire, le développement d’une activité économique créatrice d’emplois stables et respectueuse du cadre de vie. C’est promouvoir les cultures et les langues de toutes les régions d’Europe. C’est considérer la nécessaire solidarité de l’espèce humaine et développer la coopération avec le reste du monde.

Les élections européennes peuvent être l’occasion de susciter le regroupement de tous ceux qui sont sensibilisés à ces questions, autour de la campagne menée par les “Verts”. Une réunion sera proposée dans ce but. Il est possible dès à présent de contacter Gérard Borvon- Tel 98 85 12 30.

cliquer sur les images pour agrandir.

Suite à ce premier appel, une réunion se tenait le vendredi 5 mai à Kergreis.

Les articles détaillés dans la presse locale témoignaient de l’intérêt pour l’initiative.

Une première réunion d’information était ensuite organisée au mille-club.

Le verdict des urnes ? Près de 14% pour les Verts !

Au niveau national le score sera de 10,59% et les Verts auront 9 élu(e)s mais seront plus nombreuses et nombreux à siéger car plusieurs respectent la règle du “tourniquet” : la démission à mi-mandat et leur remplacement par la suivante ou le suivant dans la liste. Ce sera le cas de notre amie Renée Conan du Morbihan, co-auteure avec Annie Laurent de “Femmes de Plogoff”, qui siègera comme suivante sur la liste après la démission de Marie-Christine Aulas en décembre 1991.

D’où un communiqué enthousiaste.

C’est avec satisfaction que les “Verts-Landerneau Ecologie” ont pris connaissance des résultats du scrutin pour les élections européennes. Avec une moyenne de l’ordre de 14%, le Pays de Landerneau est l’un de ceux qui a accordé le plus de voix à la liste Waechter dans le Finistère. Un score particulièrement élevé dans certaines communes (16,5% à Dirinon et Saint Urbain) qui témoigne d’un intérêt certain pour les thèmes développés par les écologistes. Avec ces résultats les “Verts” s’affirment très nettement comme le troisième courant politique dans notre région, ce qui est un encouragement à poursuivre, dans tous les domaines de la politique locale, l’action engagée à l’occasion de ces élections européennes.

L’indépendance de notre mouvement par rapport aux autres formations politiques a été approuvée par les électeurs. Toutes les listes ont mis l’environnement au centre du débat. En confirmant ainsi la justesse de nos analyses elles ont en quelque sorte mené campagne pour nos idées, le vote montre que les habitants de la région de Landerneau ont estimé que nous étions les mieux placés pour les défendre.

Notre action politique dans les mois à venir consistera à utiliser notre implantation locale et notre présence au parlement européen pour agir dans notre région, en particulier sur le double problème de l’économie et de l’environnement.

Notre succès nous a valu et nous vaudra quelques appels du pied quelque peu tapageurs : sans refuser le concours de ceux qui veulent agir dans notre sens nous maintiendrons cependant notre choix d’une action autonome seule à même de nous garantir une réelle influence politique.

Commençait alors la présence de l’écologie politique à Landerneau.
25 ans plus tard elle y a acquis une influence reconnue et obtenu de réelles avancées en matière de démocratie, de solidarité et de respect de l’environnement humain et naturel dans notre ville .
________________________________________________________________________________________________________________________________

Le jour où l’électricité est arrivée à Landerneau.

commentaires Commentaires fermés
Par , 16 avril 2014 14 h 32 min

Conférence donnée à Landerneau le samedi 18 juin 2011 à l’occasion de la journée du patrimoine (l’appel à témoins).

Diapositives présentées et résumé de l’exposé.

Voir le site de S-eau-S

En avril de 1914, le maire de landerneau, Gaston de L’Hôpital, reçoit une lettre qui a dû l’intéresser sans vraiment lui faire plaisir. Elle lui est adressée par la “Compagnie d’électricité de Brest et Extension” qui lui propose de doter la ville d’un éclairage électrique.

Celle-ci fait fonctionner une usine électrique à Poullic-al-Lor depuis 1911. Elle avait d’ailleurs fait la même proposition sans succès dès 1912. Ce qui pouvait irriter le maire était la mention qui était faite du retard de la ville par rapport à ses voisines plus petites.

Parmi les villes citées il faut noter Châteaulin qui se glorifie d’être la troisième ville de France à s’être équipée de l’éclairage électrique.

Pour situer cette précocité il faut signaler une évènement à l’origine de la diffusion de l’éclairage électrique en France : l’exposition internationale de 1881.
Les expositions internationales sont fréquentes dans la deuxième moitié du 19ème siècle mais c’est la première fois qu’une exposition est consacrée à l’électricité. C’est dire l’importance accordée à cette nouvelle technique.

Cette exposition se double du premier congrès international des “électriciens”. Au programme la définition des unités électriques. Tout le “landerneau” des ingénieurs et chercheurs s’y retrouve, y compris les allemands qui ont reçu une autorisation spéciale de leur gouvernement pour se rendre chez le récent ennemi de la guerre de 1870.

Le choix est consensuel :

– Un français : Ampère pour l’intensité.
– Un italien : Volta pour la différence de potentiel.
– Un allemand : Ohm pour la résistance.
– Un britannique : Watt pour la puissance

Mais pour le public le plus important ce sont les exposants. Parmi ceux-ci on trouve Edison qui présente les nouvelles lampes à incandescence qu’il a mises au point. On y présente aussi ses énormes génératrices et celles plus modestes du belge Zénobe Gramme.

On peut penser que les industriels installés dans le Finistère, en particulier à Châteaulin et Landerneau ont fait le voyage de l’exposition et constaté l’intérêt des nouveaux systèmes.

C’est à la suite d’un article du “Figaro” que les élus de Châteaulin ont décidé d’en savoir plus sur ce nouveau mode d’éclairage. Malgré la modicité de leurs ressources, ils traversèrent la France, se rendirent à la frontière suisse pour étudier l’usine installée à “La Roche sur Foron” par l’ingénieur Ernest Lamy. Celui-ci est chargé de construire une usine à Châteaulin à l’écluse de Coatigrac’h.

L’inauguration est un grand moment. Ne pas oublier qu’il n’y aura pas d’éclairage public électrique à Paris avant 1889.

Aujourd’hui l’usine est en cours de réhabilitation.

Mais revenons à Landerneau. La ville est loin d’être en retard. C’est au contraire une petite ville industrielle moderne. Une des premières à avoir adopté la force motrice à la vapeur au début du 19ème siècle avec en particulier Jacques Frimot, ingénieur des Pont et Chaussée dont le siège départemental était à Landerneau.

C’est un ingénieur signant “Frimot jeune” qui, en 1846, établit, à la demande de la municipalité de Ameline Decadeville, les plans de l’éclairage des rues de Landerneau par des réverbères alimentés à l’huile de colza.

Noter que les “lampes à réverbère” ont été diffusées à Paris à la fin du 18ème siècle. Elle sont équipées d’un “réverbère”, plaque de cuivre argenté qui réverbère la lumière. Elles sont en général suspendues au dessus des rues. Témoin une gravure représentant un allumeur de réverbère à Quimper à une date antérieure à la construction des flèches de la cathédrale (1852).

Ici, pour l’anecdote, je voudrais évoquer un livre écrit en 1892 par Albert Robida “La vie électrique, Le 20ème siècle”. Il imagine l’année 1955. La France est totalement électrisée. On se déplace dans le ciel dans des véhicules électriques et on communique par “téléphonoscope”, une télévision murale qui anticipe la webcam.

Mais tout le monde est “stressé”. Une loi a donc décidé que toute électricité serait bannie d’une région de France où on viendrait se ressourcer. Et comme par hasard, cette région est la Bretagne illustrée, en particulier par un allumeur de réverbère qui pourrait très bien se trouver à Landerneau.

A partir de 1848, des réverbères à l’huile de Colza éclairent donc Landerneau. En 1861, la municipalité de Landerneau (Frédéric Auguste Duval, maire) souhaite renouveler son éclairage et lance un appel d’offre pour un nouvel éclairage au Colza.

Le premier appel, très exigeant, est infructueux et d’autres propositions sont faites. Par exemple un éclairage à l’huile de pétrole.

Le procédé est moderne. Le premier puits artésien creusé par Drake aux USA ne date que de 1859. D’autres propositions sont faites pour un éclairage au gaz de houille.

Le gaz de houille est un procédé récent. Initialement mis au point par le français Lebon par distillation du bois, il est mis au point en Angleterre à partir de la houille. Par un procédé de “pyrolyse”, la houille donne un gaz chargé d’hydrogène et de composés carbonés, des huiles et des goudrons et du coke utile pour l’industrie. Le procédé est techniquement ambitieux car en plus de l’usine il faut imaginer les canalisations. C’est finalement cette technique qui intéresse les élus landernéens.

Une des raisons invoquées pour l’éclairage au gaz : le train qui arrive à Landerneau depuis 1865.

Le lancement est difficile.

L’usine construire présente 2 fours à 5 cornues, 2 barillets, 4 épurateurs, 1 gazomètre (158m3) et un gazomètre (700m3).

A partir de 1875 les rues de Landerneau sont donc éclairées au gaz.

Le modèle de lampe installé est celui de la ville de Paris (en médaillon). Mais une nouvelle technique ne va pas toujours sans problèmes. Il faut, en particulier que le gaz soit bien épuré. Témoin la pétition adressée au maire Amédée Belhommet. La combustion du gaz émet des vapeurs acides qui attaquent les métaux et les poumons.

La société anonyme du gaz de Landerneau fonctionne pendant trente ans, au grand bénéfice des actionnaires, avant d’être reprise.

C’est là que les ennuis commencent. En particulier pendant la guerre 14-18. Le problème est que le charbon et la main d’oeuvre manquent alors que les entrepreneurs veulent conserver leurs bénéfices. La lutte est vive. Dès 1915 le maire, Gaston de l’Hôpital, refuse l’augmentation, le fournisseur coupe le gaz.

Le maire de Landerneau qui s’est adressé à ses collègues pour connaître la situation chez eux, reçoit une réponse du maire de Brest qui l’informe que chez lui le prix n’a pas augmenté.

Une contre offensive s’organise. Le 16 octobre 1915, à l’initiative du maire de Pontivy, une réunion se tient à la mairie de Saint Brieuc avec les maires de Dinan et d’Auray “afin de s’entendre sur les mesures à prendre pour résister efficacement aux revendications de la Cie du Gaz Franco-Belge qui éclaire les villes représentées”. Pour s’opposer à la prétention de la compagnie d’augmenter le prix du gaz, elles s’engagent à une assistance mutuelle.

Il faut signaler que cette résistance a aussi une dimension “politique”. On trouve dans le dossier d’archives de la ville de Landerneau, un exemplaire du “Cri du peuple”, journal de l’internationale socialiste SFIO, qui ne correspond pas nécessairement à l’orientation politique du conseil mais qui s’oppose à l’augmentation du prix du gaz. La volonté de ne pas se laisser doubler à gauche est certainement présente dans l’attitude municipale.

Autre problème : le manque de main d’œuvre. Le directeur de l’entreprise demande au maire des employés municipaux et à l’armée des soldats. Pour appuyer ses dires il demande à un huissier de visiter l’usine.

Le régisseur de l’usine, Mr Jean Fatta, expose à l’huissier que, par suite du manque de personnel, il craint de ne pouvoir fournir le gaz nécessaire au besoin de la ville et des particuliers.

“Qu’obligé de faire le chauffeur, de s’occuper, outre du service de régisseur des travaux à faire en ville, des commandes à livrer, etc, il ne pourra certainement continuer étant fatigué qu’il a donc demandé à la municipalité et à l’autorité militaire du personnel pour continuer à faire fonctionner l’usine ; qu’il lui a été répondu par la municipalité et par l’autorité militaire qu’on n’avait pas de personnel à lui fournir. Qu’il m’invitait dans ces conditions à me transporter à Landerneau à l’usine pour constater les faits.

Déférant à cette demande je soussigné Auguste Tanguy Huissier audiencier près le tribunal civil de Brest demeurant dite ville rue du Château substituant Me Tromeur mon confrère empêché me suis transporté à l’usine à gaz à Landerneau où étant j’ai vu dans la cour occupé à casser du coke un homme qui m’a dit s’appeler Jacques Etienne et âgé de 76 ans manœuvre à l’usine, ayant ensuite pénétré dans un bâtiment où se trouvent les fours j’y ai vu le régisseur qui mettait du charbon dans le seul des trois fours qui était allumé ;
Près de lui se trouvait un jeune homme occupé à balayer le bâtiment ; ce jeune homme m’a dit s’appeler Jean Abhervé-Guéguen âgé de 15 ans et demi apprenti plombier mais faisant un peu de tout à l’usine sauf pourtant le chauffeur, ce service étant fait par un réfugié Belge, lequel était remplacé par Mr. Fatta bien souvent, même la nuit, ce réfugier Belge ayant été malade, il m’a déclaré qu’il y avait, outre ce réfugié Belge, comme employé son père qui était plombier à ladite usine et qu’actuellement il était en ville pour effectuer des travaux ;
Que c’était là tout le personnel de l’usine, c’est à dire quatre hommes et un apprenti. Mr Fatta m’a déclaré qu’il avait 56 ans, que l’ouvrier Belge était malade, que Jacques Etienne âgé de 70 ans, le manœuvre avait eu une faiblesse en faisant son travail le 18 octobre dernier ; que son apprenti malgré son jeune âge était très courageux au travail faisant plus que son devoir mais que cependant ; comme lui même il ne pourrait continuer son service dans ces conditions et qu’il se verrait contraint par suite de manque de personnel de cesser de faire fonctionner l’usine.

Ayant parcouru tous les bâtiments et le terrain de l’usine, voir même le jardin le tout enclos de mur je n’ai trouvé d’autres personnes sauf au bureau où j’ai vu Mme Fatta qui aide son mari aux écritures.- Ce dernier m’a déclaré être très fatigué et qu’il craint vu son état de ne pouvoir continuer à travailler.

De tout ce que dessus j’ai donné le présent procès verbal pour servir et valoir ce que de droit. Coût trente deux francs 9 centimes signé A Tanguy.”

La houille surtout manque et même dans les années qui suivent la guerre, c’est pourquoi l’idée de l’électricité fait son chemin pour l’éclairage public.

L’électricité est déjà présente à Landerneau dans les principales usines de la ville. L’entreprise Dior est, par exemple, mise à contribution pour éclairer la gare jusqu’à la fin de la guerre. L’entreprise Gayet demande à pouvoir tirer des fils jusqu’à la maison familiale (La dynamo de 6kW installée à la scierie fournira un courant continu sous tension de 120V par une ligne à 2 fils supportant 50A). Ces usines font en général profiter le quartier mais de façon “sauvage”.

C’est le cas aussi de la grande briqueterie qui a le mérite d’utiliser de l’énergie hydraulique à partir d’une retenue restée célèbre pour les braconnages de saumons qui s’y menaient.

Son directeur fait une proposition de fourniture d’électricité à la municipalité du maire Le Bos en 1920.

La proposition faite est très “moderne”. La distribution à partir de l’usine de Traon-Elorn se fera en triphasé – 50 Hz – 110/220 volts. Un procédé “moderne” quand on sait qu’il faudra attendre 1960 pour que le triphasé s’installe à Paris. Sous ce rapport, le retard a eu du bon.
L’usine sera équipée de groupes hydrauliques et de groupes diesel. Deux groupes hydrauliques de 125 kVA fonctionnent déjà, un troisième de 100 kVA est prévu. Un diesel de 125 kVA fonctionne depuis 1908, deux autres sont prévus. La tension de 200 V fournie par les alternateurs triphasés reliés à ces groupes sera portée à 5000 V par des transformateurs et ramenée à la tension d’usage dans les quartiers.

Les turbines sont associés à des groupes électrogènes. Ceux-ci sont animés par des moteurs Diesel (le moteur existe depuis 1897 et sa première version commerciale a été exposée à l’exposition internationale de 1900), eux-mêmes très modernes. Ces deux machines conservées auraient été de fabuleux objets de musée.

Le problème est la résistance de la Société Franco-Belge qui fait état de sa concession pour l’éclairage de 50 ans jusqu’à 1960. Déjà en 1912, la municipalité avait dû renoncer. Il faudra attendre 1925 pour que, de façon officielle, l’électricité éclaire les rues de Landerneau.

Le modèle de lampe choisi est modeste et les fils commencent à envahir le ciel de Landerneau.

L’électricité a du succès. Rapidement arrivent les pétitions pour l’extension du réseau.

1926. L’usine est reprise par la “Compagnie de Brest et extension”.

Dans une brochure diffusée par la compagnie elle déclare s’être créée en novembre 1925 avec un capital de 700.000 francs. Elle s’est assuré le concours technique, financier et moral de la compagnie d’électricité de Brest elle même chapeautée par le Compagnie Générale d’Électricité (CGE) de Paris.

Pour répondre au programme d’électrification des campagnes par haute tension, elle entend porter son capital à 3.000.000 francs en proposant 4600 actions à 500 francs.

Le dividende sera de 7% pendant les deux premières années avec une promesse d’augmentation quand les lignes seront en exploitation. Par ailleurs les actionnaires bénéficieront d’une réduction de 10% sur leur propre installation électrique.

Aux actionnaires industriels la Compagnie fait valoir que l’arrivée de l’électricité dans leur exploitation leur apportera “non seulement le confort sous forme de lumière électrique à un prix trois fois moindre que le pétrole, mais en outre, de nouvelles sources de profit en leur permettant le remplacement de la main-d’œuvre insuffisante et onéreuse par la force motrice.” Déjà des “restructurations” en perspective !

La conclusion du texte est un appel au patriotisme régional :
Les actionnaires auront “la satisfaction de voir leurs capitaux engagés dans la construction de lignes placées sur leur route, à leurs portes, qui apporteront en Bretagne les avantages immenses que les autres régions de France ont déjà. Il ne faut pas que le Finistère soit en retard et, pour cela, il est indispensable que chacun fasse l’effort nécessaire pour permettre la réalisation de ce progrès, pour le développement de notre région”.

C’est ce nouvel interlocuteur que trouve Jean-Louis Rolland quand il devient maire en 1929. L’époque est à la propagande en faveur du gaz et de l’électricité.

Un grand moment : l’exposition de 1937 et le Palais de la Lumière et de l’Electricité avec la fée électricité de Raoul Dufy.

La “ménagère” devient la cible principale.

A Brest et Landerneau la fée électricité entre aussi dans les fermes et les foyers.

La demande est forte et le maire, JL Rolland veut élargir le champ de l’électrification. Il en fait la demande à la compagnie en 1932.

Le concessionnaire veut d’abord une augmentation des tarifs, sinon pas d’extension.

Le conflit dure jusqu’en 1932, année où le cahier des charges de 1926 est mis à enquête publique pour modification. Le rapport du commissaire enquêteur répertorie les “contre” qui ne veulent pas d’augmentation des tarifs et les “pour” qui veulent l’extension vers de nouveaux quartiers. Quand même note-t-il que les déclarations “pour” sont “peu nombreuses et bien que n’étant pas suffisamment explicites font ressortir le désir de voir électrifier les nouveaux quartiers”.
En fait sur 155 contributions on trouve 144 “contre” et seulement deux “pour” qui d’ailleurs ne se prononcent pas pour le nouveau cahier des charges mais se contentent de déclarer souhaiter voir l’électricité arriver dans les nouveaux quartiers.

L’opposition semble menée par l’ex majorité municipale devenue minorité mais elle regroupe surtout ceux qui refusent une augmentation des tarifs.

Les noms des signataires, représentatifs des familles landernéennes, se retrouvent aujourd’hui encore nombreux dans leur descendance.

La conclusion du commissaire ressemble étrangement à celles que nous trouvons régulièrement à l’occasion des enquêtes qui concernent nos problèmes contemporains de routes ou d’extension d’élevages. Malgré les 144 “contre” et les deux “pour” : avis favorable !

Comme il est courant aujourd’hui, l’enquête n’était sans doute qu’une formalité à laquelle il fallait se soumettre.

Il est vrai que le maire, Jean-Louis Rolland, avait à subir le choix de ses prédécesseurs et cette longue durée de la concession accordée aux industriels de l’électricité. S’il voulait électrifier les nouveaux quartiers, il lui fallait accepter l’augmentation des tarifs.
Pourtant lui même et son conseil signaient un nouveau contrat qui aurait dû ne s’achever qu’en 1964 si la guerre et les nationalisations qui ont suivi n’en avaient pas décidé autrement.

La guerre vient inverser la donne. L’électricité est limitée.

L’électricité est coupée à certaines heures. L’éclairage public réduit. En janvier 1941, la société productrice d’électricité annonce qu’elle viendra enlever des lampes déjà débranchées pour éviter qu’elles ne se rallument accidentellement pendant les bombardements.
Cette pénurie se prolongera après la guerre car en 1949 une consigne du préfet demande d’interdire l’éclairage des vitrines sauf “croix de Genève” (enseigne des pharmacies). Une mesure, plutôt justifiée, dont on devrait se souvenir dans une époque où la Bretagne est menacée de panne aux heures de pointe des hivers de forte demande.
Comme pour ses prédécesseurs, la guerre est donc pour le maire un moment où il faut gérer la pénurie. Difficile alors de poursuivre l’électrification des quartiers périphériques et des fermes encore nombreuses dans la commune.

Depuis 1923 il existe la possibilité d’obtenir un prêt de la part de la Caisse nationale de Crédit Agricole “pour faciliter l’électrification des campagnes”.

Le 5 avril 1940, le maire sollicite donc un prêt de 490.000 francs pour une ligne à haute tension 5000v de 9,3km, une ligne basse tension à 4 conducteurs de 20,50km et 9 transformateurs. 1260 personnes habitant des exploitations agricoles sont concernées sur 8855 habitants à Landerneau.
Le 13 juin la réponse de l’ingénieur départemental du génie rural est négative. Les prêts sont interdits “sauf s’ils ont un intérêt primordial pour la défense nationale”.
Certaines communes, pour bénéficier de ces prêts, font valoir la nécessité d’héberger les réfugiés dans les fermes ou d’alimenter des centres de secours dans les manoirs. A Landerneau, en avril 1941 le maire s’adresse à nouveau au préfet pour lui demander d’installer des lignes pour le “battage électrique” des moissons. Le refus du préfet est catégorique :
” En raison des faibles contingents de matériaux alloués, il ne sera possible d’exécuter que quelques extensions de lignes basse tension peu importantes à partir du réseau existant. Il semble qu’aucune ferme de votre commune ne remplisse les conditions demandées”.

En ce qui concerne l’espace rural de la commune, il faudra attendre 1945 pour un plan d’électrification fermes périphériques. Pour sa réalisation la municipalité demande un prêt de 8 millions de francs à la caisse de crédit agricole. On leur propose un prêt limité et un gros dossier à constituer.
La municipalité décide d’un emprunt de 8 millions par obligations de 10 000 francs et demi-obligations de 5000 francs.

En 1947, le gaz et l’électricité sont nationalisés. En 1948, les communes se regroupent en syndicats d’électrification qui accordent une concession à EDF.

Quelques images :

avant et après l’électricité.

La copie exacte des lampes à gaz de la fin du 19ème siècle est devenue le symbole de l’ancien aussi bien sur des constructions du 16ème siècle que dans des quartiers du 20ème siècle.

On peut lire aussi un premier article sur le même sujet.

La saga des déchets.6.Langazel fête les trente ans de son action pour la Nature

commentaires Commentaires fermés
Par , 12 mai 2009 19 h 45 min

Tout commença en 1978, lorsque la création d’une usine de broyage et de stockage d’ordures ménagères est envisagée sur le site de Langazel en Trémaouézan. Les habitants prennent alors conscience que l’on va détruire cette zone naturelle. Déterminés à la sauver, ils créent en 1979 l’association de défense de Langazel. Ils font signer des pétitions, organisent des marches et interpellent les pouvoirs publics. Devant la mobilisation de la population locale, le projet est abandonné.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, en 1984, le préfet du Finistère prend le 1er arrêté de protection Biotope du département pour protéger 120 ha de lande, tourbière et prairie humide sur Langazel. L’année suivante, les bénévoles de l’association commencent la création d’un circuit de randonnée de 7 km et en 1991 un animateur est embauché. C’est le début de l’accueil du public sur le site.

Langazel, 30 ans d’actions pour la nature …..

Pour redonner tout son intérêt à cette zone humide, l’association commence à louer des parcelles en friche pour les restaurer. Les terrains sont d’abord clôturés puis pâturés par des vaches Bretonne Pie noire et des poneys Shetlands. La zone humide étant la principale source de l’Aber Wrac’h, l’association oeuvre également pour la reconquête de la qualité de l’eau. En 1994, le Conseil Général du Finistère achète 25 ha et crée une zone de préemption de 140 ha. L’association signe également avec la région deux contrats nature pour la restauration du site et pour réaliser des études scientifiques. Les années suivantes, le site rejoint le réseau Natura 2000, tandis que l’étude des pollens conservés dans la tourbe date la tourbière de Langazel comme la plus ancienne de Bretagne (- 11 700 ans Before Present).

Aujourd’hui, l’association continue à assurer l’entretien et la restauration du site. Elle accueil un très nombreux publics tous les ans et assure le suivi scientifique de la zone. En plus des actions qu’elle mène sur le site, l’association est également sollicitée pour faire partie de comité de pilotage, pour mener des actions d’éducation à l’environnement en dehors du site de Langazel et pour ses compétences en matière de gestion d’espaces naturelles.
Voir le programme en pièce jointe.

Un dimanche matin à Langazel

Une belle équipe de courageuses et courageux avaient décidé d’affronter le ciel pluvieux pour aller à la rencontre des plantes rares de Langazel.

La saga des déchets.5. Opération composteurs.

commentaires Commentaires fermés
Par , 14 mars 2009 21 h 25 min

1993. L’usine de Plouédern ne fabrique plus du combusoc mais du compost.
Mais quel compost ? L’association “Landerneau-Ecologie” préfère celui fait maison.

Sans collecte sélective, pas de compost de qualité.

On doit se souvenir que l’usine de Plouédern n’avait pas été conçue pour le compostage mais pour la fabrication d’un combustible : le combusoc.
Apès l’arrêt du combusoc, la fabrication de compost aurait nécessité une refonte totale de l’usine et une modification complète du mode de collecte. Résultat : le compost n’en était pas vraiment un.

nono01

Pour un compost “maison”

Rapidement, Landerneau écologie informait ses concitoyens de l’intérêt du compostage individuel.

recyclons

Que mettre au composteur ?

nono02Non, Nono, on n’y met pas la peau de saucisson, ni les restes de viande ou de poisson. Inutile d’attirer les rats.

Passer de la théorie à la pratique.

Ce n’est pas tout d’en parler, il faut tester et faire tester. Landerneau-écologie a l’idée de commander à l’entreprise Graf une série de 28 premiers composteurs de 280 litres afin de les proposer aux landernéens.

Deux modèles sont possibles. L’un vert, l’autre noir en matière recyclée.

compost03
compost01

15 ans plus tard ils sont encore en parfait état.
Les composteurs sont présentés sur le marché de Landerneau et trouvent rapidement acquéreurs au prix coûtant (le fabriquant a même fait une belle réduction promotionnelle). Il faudra rapidement faire une deuxième commande.

anecdote : présent sur le marché, le maire de Landerneau s’en prend verbalement aux militants qu’il accuse de chercher à faire concurrence à “son” usine de compostage.

Informer

L’autre moment fort de la campagne des composteurs consiste en une réunion d’information sur le compost et sa fabrication animée par Goulven Thomin, agriculteur bio à le Roche-Maurice.

article01

Une expérience suivie ailleurs, mais pas à Landerneau.

L’idée a fait son chemin, par exemple à Brest :
Extrait d’un article de Ouest-France :

La piste du compost. 4 500 composteurs individuels ont été distribués sur BMO en dix ans. Plus de 19 foyers sur 20 jettent donc aux ordures ménagères toutes ces pelures, trognons, restes de repas biodégradables qui pèsent un quart des poubelles. Un quart qui représente de coûteuses collecte et incinération, alors qu’en même temps les ventes de terreau progressent. Certes il est difficile de stocker des déchets organiques en appartement. L’association Vert le jardin teste un composteur en ville, à Kerangoff, devant le Jardin bleu. « Dans les jardins partagés, on en manque » assure son représentant Michel Campion. Pas question de généraliser pour l’instant. « Il n’est pas question de ramassage lourd. Plutôt de réduction à la source », selon Pierre-Yves Clavier, directeur adjoint au service propreté déchets de BMO.

Voir aussi le site Le jardin bleu pour les composteurs collectifs.

Ou encore ce qui se fait à Rennes :
Rennes : des composteurs au pied des immeubles (28/09/2007)

Le 6 septembre, Rennes Métropole a signé une convention de mise en place de composteurs collectifs dans les immeubles en copropriété avec la confédération nationale des administrateurs de biens (CNAB). L’agglomération s’engage à fournir gratuitement un composteur collectif pour les immeubles en copropriété, des bio-seaux et guides du compostage pour chaque foyer. À ce jour, Rennes Métropole compte 25 composteurs collectifs installés. Sur les 900 logements concernés, 295 foyers se sont engagés dans la démarche, soit un taux de participation d’environ 35 %. L’agglomération propose également des formations de maître-composteur aux habitants qui le souhaitent et assure un suivi technique du composteur sur une période de six mois. Les formations sont dispensées par le centre d’information sur l’énergie et l’environnement (CIELE). Les membres volontaires de la CNAB s’engagent, de leur côté, à promouvoir le compostage collectif.

Et a communauté de communes de Landerneau ?

Elle refuse obstinément de suivre ce chemin. Les quelques composteurs qu’elle propose discrètement à la vente sont même plus chers que ceux que l’on peut trouver en magasin !

C’est ce que devaient constater les participantes et participants à la réunion organisée par DES en Mars 2009 à l’occasion de la mise à enquête publique du plan départemental de traitement des déchets.

compost02
Ne faudrait-il donc pas organiser une nouvelle “opération composteurs” ? La question est posée.

A suivre : La saga des déchets.6.Langazel fête les trente ans de son action pour la Nature.

La saga des déchets.4. Irvillac échappe à une décharge.

commentaires Commentaires fermés
Par , 13 mars 2009 16 h 13 min

Novembre 1990. Un tri mal fait entraîne beaucoup de refus à l’usine de traitement des déchets de Plouédern (voir les chapitres précédents de la saga des déchets).

Faute de centre d’enfouissement proche ils sont expédiés en Mayenne à un prix de plus en plus élevé.

Il manque une site de collecte dans le Finistère, d’où l’idée conjointe du maire de Landerneau : une décharge à Irvillac sur des terrains appartenant au maire de cette commune.

Faut-il des sites de traitement des déchets ultimes dans le Finistère ?
La question se posait en 1990 comme elle se pose encore aujourd’hui.
La réponse est naturellement Oui. Et il en faudrait même plusieurs.
Pour cela :

  • il faut qu’ils soient situés dans un endroit accessible, en particulier à proximité des “quatres voies” qui drainent le nord et le sud.
  • considérés comme des installations industrielles (caissons étanches, récupération des eaux de lessivage et des gaz de fermentation… ) dont la place pourrait être ces zones d’activité qui jalonnent déjà les voies express.
  • accompagnés d’une politique de réduction massive des déchets et d’un tri efficace.

Pourquoi un site d’enfouissement pour le SIVOM de Landerneau ?
En l’année 1990, avec l’arrêt du combusoc, le taux de refus est passé de 15% à 50% à l’usine de Plouédern. Or, faute d’une autre solution, ces refus qui représentent 12 000 tonnes, sont expédiés près de Laval. L’idée d’un centre de traitement de ces refus se pose donc.

A Langazel, il était prévu un stockage en surface. C’est l’idée d’un centre d’enfouissement qui se précise alors.

Dans l’article ci-dessus de novembre 1990 le lieu proposé pour le site n’est pas précisé mais bientôt il est connu : Irvillac.

Pourquoi à Irvillac ?
Irvillac n’est pas particulièrement près de Plouédern et qui a pratiqué la route entre Landerneau et Irvillac sait qu’elle est agréable mais bien sinueuse et bien étroite.

Mais… le maire de Irvillac dispose de terrains disponibles et de qualité agricole médiocre. Va donc pour Irvillac !

Naturellement cela crée un choc dans une population qui a choisi de vivre dans une commune dont l’éloignement des axes principaux de circulation est compensé par un cadre de vie agréable. D’autant plus que le site projeté est particulièrement sensible sur le plan du paysage.

Un comité de défense se met en place, des réunions voient arriver un public de plus en plus nombreux. L’association “Landerneau-Ecologie” y est invitée et constate, en plus d’un choix géographique mal adapté, une géologie qui l’est tout aussi peu. Les schistes du sous-sol sont loin d’avoir l’imperméabilité souhaitée.

Deux ans et quelques manifestations plus tard le projet est “toujours gardé sous le coude”, dit le maire de Landerneau, mais il est clair que la mobilisation l’a fait reculer.

Morlaix, un vieux serpent de mer

On reparle en cette année 2009 d’un site d’enfouissement à Morlaix. C’était déjà le projet alternatif des années 90. Lui aussi combattu par la population locale.

Promesses de ministre

En septembre 1993, Michel Barnier, alors ministre de l’environnement, promettait une “décentralisation en matière d’environnement”. On sait ce qu’il est advenu de cette belle promesse, la Bretagne n’ayant même pas obtenu la “compétence eau” qu’elle revendiquait pendant le récent mandat.

“Il ne faut pas mentir aux français” déclarait-il devant les industriels réunis à la Baule ” Nous aurons besoin de stockage de déchets ultimes, répartis d’une manière équilibrée sur l’ensemble du territoire”.

En particulier il en promettait un par région pour les déchets industriels spéciaux. En Bretagne on l’attend toujours.

Moins d’autoroutes et plus de stations d’épuration, disait-il.

Michel Barnier avait au moins le sens des belles phrases :

“A l’avenir, il faudra sans doute moins faire d’autoroutes et plus de stations d’épuration.” osait-il déclarer.

15 ans plus tard on continue a vouloir construire routes et autoroutes (y compris à Landerneau où une pénétrante sud menace à nouveau) et la France est sous le coup d’une menace de sanction européenne pour insuffisance de stations d’épuration.

Quant aux centres de stockage des déchets on les attend toujours et la dernière fois que l’on a vu Michel Barnier en Bretagne c’était pour cèder devant les manifestations violentes des pollueurs et renoncer à lutter contre la pollution de l’eau en ordonnant la fermeture de captages, en particulier sur l’Horn.

Quinze ans ont passé et toujours pas de décharge de classe 1 en Bretagne. Rendez vous en 2025 !

A suivre : La saga des déchets.5. Opération composteurs.

La saga des déchets.3. La longue marche vers la déchetterie.

commentaires Commentaires fermés
Par , 5 mars 2009 16 h 28 min

Limiter les déchets, les trier, les recycler.
Tel était le mot d’ordre des écologistes au moment de la lutte de Langazel.
Du plastique, du papier dans les poubelles. tel était l’impératif de la fabrication du combusoc dans l’usine de Plouédern.
Le combat pour une déchetterie et un tri sélectif était donc à l’ordre du jour de l’association “Landerneau-écologie” récemment créée.

Landerneau-écologie entre en scène.
Le CLIN de Landerneau avait été l’une des associations à l’initiative de la mobilisation pour sauver Langazel.
En 1989, à l’initiative de plusieurs de ses membres se créait l’association “Landerneau-écologie” avec pour objectif d’agir pour le développement de l’écologie sous ses aspects environnementaux et politiques à Landerneau.
L’une de ses premières préoccupations devait être la gestion des déchets. Il y avait urgence car les decharges sauvages se multipliaient.

La construction de l’usine de Plouédern était loin d’avoir répondu à ce problème.
L’arrêt de la fabrication du combusoc avait été l’une de ses premières victoires mais pour autant la fabrication d’un compost sans tri préalable ne pouvait être satisfaisante. Par ailleurs que faire des encombrants.
Deux revendications :

  • installer des conteneurs pour trier le papier, le verre et le plastique.

  • créer une déchetterie.

Quand Landerneau refusait les conteneurs
Conteneur pour le plastique, le papier, le verre… chacune et chacun en a un pas très loin de chez lui et s’y rendre est devenu un rituel pour la majorité d’entre nous.
Pourtant il fut un temps où Landerneau était l’une des seules communes du secteur à ne pas en avoir.
L’idée de ces conteneurs était d’origine associative. En particulier la Ligue contre le cancer y voyait une source de revenus. Une excellente idée : limiter l’incinération de produits toxiques causes de cancers en gagnant de l’argent, qui dit mieux ? De nombreuse communes y étaient sensibles et installaient des aires de tri pour les associations.
Mais les landernéens devaient aller à La Forest-Landerneau, Guipavas ou Plougastel pour pouvoir faire ce geste civique.
L’installation de conteneurs était donc urgente et devenait l’objet d’une campagne de Landerneau-écologie.

Il faut se souvenir que depuis 1989 une municipalité de gauche avait remplacé celle de droite. Celle ci avait accepté de créer une “commission extramunicipale environnement” mais le temps passait et elle ne s’était pas réunie ce qui amenait l’association à s’interroger.

Une campagne d’information.
Le seul endroit susceptible de recevoir des déchets encombrants se situait alors au “bois noir” où deux bennes recevaient tous déchets sans discernement.

L’association décidait donc de lancer une campagne d’information en montrant ce qui se faisait ailleurs. En particulier à Plougastel, commune elle même dirigée par la gauche.

L’imagination au pouvoir
Une bonne initiative : celle de Lionel Le Gloanec, surveillant à Saint-Jo et qui mobilise les lycéens. Il est depuis devenu un professionnel du traitement des déchets.

De leur côté les militants de Landerneau-écologie testaient pendant quinze jours un tri sélectif à domicile.

Mobilisation payante

Une première zone de collecte à Saint-Ernel et bientôt la déchetterie. Une nouvelle époque s’ouvrait.
On nous avait prédit que les landernéennes et Landernéens n’étaient pas prêts à trier et à se déplacer. Erreur ! Le succès était éclatant.

Enfin les déchets verts
Les déchets verts sont les plus encombrants et les mieux recyclables. Une aire de compostage était enfin ouverte.

Une vie agitée
Une usine de compostage, une aire pour déchets verts, une déchetterie. Tout cet équipement se devait d’aboutir à une bonne gestion des déchets à Landerneau.

Mais…

Faute d’une collecte sélective à domicile le compost était de piètre qualité. Pour pouvoir rester dans les normes et l’étaler sur les champs d’exploitants peu regardants il fallait le mélanger à celui issu des déchets verts.
Le recours à des sacs jaunes (recyclable) et noirs (vers le compostage) a un peu amélioré la qualité mais en ce mois de janvier 2009 l’usine ferme pour cause de vétusté. Fini le compostage et retour à l’incinération.
Côté déchetterie le fonctionnement laisse encore à désirer et il est difficile d’y voir une réel tri à des fins de valorisation. Les bennes “tout combustible” et “gravats” semblent aptes à tout recevoir. Par ailleurs la politique de l’emploi n’encourage pas une bonne gestion.( voir : Licenciement abusif. P. Gourtay contre-attaque).
Le refus des élus de la communauté de communes de rendre publique la gestion de ces installations n’est pas le signe d’une volonté de reprendre les choses en main.

Conclusion ?
Lentement une prise de conscience se fait de la nécessité de limiter et recycler les déchets.
C’est le cas aussi dans le Pays de Landerneau-Daoulas, mais la marge de progression y est encore grande.
Forte heureusement le milieu associatif se renouvèle et invente de nouveaux modes d’action. Le Tri Porteur et sa recyclerie sont là pour en apporter la preuve.

Encore un effort et on y arrivera.

A suivre : La saga des déchets.4. Irvillac échappe à une décharge.

Panorama Theme by Themocracy