Le PLUI de la CCPLD (Pays de Landerneau-Daoulas) est le PLUI des climatosceptiques Il faut le rejeter.

Par , 2 février 2020 17 h 37 min

Alors que les scientifiques commencent à émettre des hypothèses de réchauffement climatique de 7°C à la fin du siècle, ainsi qu’une élévation du niveau de la mer de 80 cm, provoquant des inondations fréquentes sur une bonne partie de Landerneau, la communauté de communes (CCPLD) propose un projet d’aménagement du territoire pour les dix ou quinze prochaines années en poursuivant comme si de rien n’était.

Ce projet est celui des climatosceptiques.

Pourtant le diagnostic réalisé par la CCPLD comporte des informations qui auraient dû interpeller les élus qui ont préparé ce projet :
Déjà une augmentation de 2°C depuis 1959 à la station météorologique de Guipavas
Voitures individuelles : +42% à Landerneau en 10 ans
Offre de transports en commun : « Extrême pauvreté de l’offre »
« Urbanisation désordonnée » du territoire imposant l’usage de la voiture individuelle.
Logements vacants : doublement à Landerneau en 15 ans

Les solutions pour limiter les effets du réchauffement climatique existent, pourtant la CCPLD leur tourne systématiquement le dos et continue comme au XXième siècle :

Urbanisation rurale excessive et désordonnée
Non prise en compte des transports en commun
Absence de politique pour développer les économies d’énergie dans les quartiers
Désintérêt total pour la production d’énergie renouvelable notamment le photovoltaïque
Non prise en compte du lien social dans les quartiers (cheminements doux, espaces récréatifs, espaces verts, minimum de services à la population, …)

Concernant l’urbanisme, la projection sur 2040 indique que la population devrait augmenter d’environ 6500 habitants. Il est donc nécessaire de créer sur cette période environ 3 000 logements, soit 150 par an. Cet objectif peut être facilement atteint en résorbant le nombre de logements vacants dans les centres bourgs et celui de Landerneau, ainsi qu’en accentuant la création de logements collectifs. Il est donc inutile de continuer à l’artificialisation des sols galopantes dans les communes rurales comme le propose le projet.

Les commissaires enquêteurs ont rendu leur avis courant décembre 2019. Mis à part les recommandations justifiées qu’ils font concernant la zone du Reun à Daoulas, EELV déplore leur approbation du PLUI.

Il appartient dorénavant aux élus de la communauté de communes de se prononcer. EELV les encourage à rejeter ce projet qui tourne le dos aux aspirations de la jeunesse qui sera confrontée rapidement aux conséquences du réchauffement climatique.

Christophe Winckler Février 2020

Voir aussi le mémoire déposé par Christophe Winckler lors de l’enquête publique du PLUI.

Déposition Enquête Publique EELV

A télécharger

Déposition Enquête Publique EELV
Titre: Déposition Enquête Publique EELV (0 clic)
Légende:
Nom du fichier: Deposition-Enquete-Publique-EELV.pdf
Taille: 889 kB

Les commentaires sont fermés

Panorama Theme by Themocracy