Objectif : détourner les votes écologistes. Cueff, mission accomplie.

commentaires Commentaires fermés
Par , 22 juin 2021 7 h 08 min

Cueff pas d'alliance

Du reuz chez Cueff :

Il a trompé les électrices et électeurs écologistes et en premier lieu ses coéquipières et coéquipiers.

Olivier Roellinger : L’engagement de ne pas fusionner était clair, suite à l’annonce de Daniel Cueff de s’allier avec Loig Chesnais- Girard je m’écarte de Bretagne ma vie.

Jean luc Bleunven : la question de la fusion et du ralliement de Daniel Cueff à Loïg Chesnais-Girard s’est décidée en dehors de tout débat qui aurait dû avoir lieu, car nous sommes dans la volonté de faire les choses différemment. Or, là, ça s’est fait à l’ancienne, donc c’est insupportable…Tous ceux qui sont venus avec l’esprit de changer la politique, ont le sentiment de s’être fait piégés.

Anne Quéméré : Je remercie vous toutes et tous qui avez insufflé votre belle énergie au sein de notre joyeuse liste non partisane. Fidèle à ma volonté de ne m’associer à aucun parti politique, et suite à l’accord passé par Daniel Cueff, l’aventure des régionales 2021 s’arrête ici pour moi ! La menace du RN n’existant pas, je ne comprends pas le choix de Daniel Cueff qui, ces derniers jours encore, reprochait les petits arrangements entre partis. Je lis beaucoup de colère, d’amertume et de sentiment de trahison chez de nombreux colistiers.

Lucie Lucas : Je suis sous le choc. Si mon vote ne va pas à Bretagne ma Vie, c’est à EELV qu’il ira, même si je n’y mettrai pas le même enthousiasme. Et je ne pense pas être la seule.

François Arbellot : Le marchandage auquel on assiste est plutôt affligeant. Ça donne une image de la politique qui explique que les gens s’abstiennent massivement.

Pascal Olivard : Je suis profondément déçu comme doivent l’être beaucoup de personnes qui avaient mis toute leur confiance dans Daniel et sa démarche. Je ne comprends pas. Pour moi c’est une grave erreur. Je pensais qu’il avait été très clair au sujet des alliances.

Du bruit dans les médias :

FR3 : Elections régionales en Bretagne. L’alliance surprise de Daniel Cueff, une “trahison” pour la plupart de ses colistiers.

Le Télégramme : Régionales 2021 : la fusion Cueff – Chesnais-Girard fait l’effet d’une bombe

Ouest-France : Régionales en Bretagne. Incompréhension après l’alliance entre Loïg Chesnais-Girard et Daniel Cueff

Régionales deuxième tour. La liste Bretagne d’Avenir vers un nouveau succès.

commentaires Commentaires fermés
Par , 21 juin 2021 16 h 18 min

Durant toute la nuit et ce lundi matin, des négociations se sont tenues entre l’équipe du président PS sortant Loïg Chesnais-Girard et la candidate écologiste Claire Desmares-Poirrier en vue d’une fusion de leurs listes. Cette dernière nous révèle pourquoi les discussions ont achoppé.

Claire Desmares-Poirrier, candidate EELV-UDB de la liste Bretagne d’avenir l’annonce au Télégramme : cette dernière ne fusionnera pas avec celle du président PS sortant du Conseil régional Loïg Chesnais-Girard. (Le Mensuel de Rennes/Vincent Michel)
Vous êtes en discussion depuis plusieurs heures avec l’équipe de Loïg Chesnais-Girard. Où en êtes-vous ?

C’est fini, il n’y a pas d’accord et j’ai un peu de mal à comprendre. Ce que j’interprète, c’est que Loïg Chesnais-Girard n’était pas prêt à changer son modèle. Ses arguments sont les mêmes que ceux de Jean-Yves Le Drian : « J’ai déjà des écologistes dans ma liste. »
À lire sur le sujet Régionales en Bretagne : récit d’une nuit sans fin à gauche
Un choix que vous regrettez on l’imagine.

On a fait un choix de négocier sincèrement. On s’était fixé une stratégie de majorité forte donc il fallait rassembler toutes les forces de la gauche, du PS à la France Insoumise en passant par Daniel Cueff. Mais La France Insoumise ne voulait pas d’accord avec le PS.

Et aujourd’hui, il semblerait que Daniel Cueff soit en négociations désormais, seul, avec Loïg Chesnais-Girard.

Cueff Chesnay Girard

Alors que Daniel Cueff a toujours dit qu’il était un candidat en dehors des partis… Mais trahir et diviser les voies de l’écologie, c’est son train de vie…

On va au second tour et on y va seul

Que vous a dit Loïg Chesnais-Girard pour justifier sa décision ?

Je lui ai demandé de quoi il avait peur. Il m’a répondu : « Ça me demande un grand changement et un véritable arbitrage. » Aujourd’hui, il montre qu’il n’a pas le courage de le faire. Il faut l’acter.
Sur quoi les discussions ont-elles achoppé ?

On a eu un point important sur la transition du modèle agricole mais aussi les trains, notamment la ligne Saint-Brieuc-Auray et la modernisation du Quimper-Brest.

Et sur le statut de résident, qui vous a opposé durant la campagne ?

On était prêt à imaginer d’autres manières de faire. On n’avait pas mis de point dur là-dessus.
On vous sent amère.

C’est plus de la déception. Une alliance entre notre liste et toute la gauche ça fait largement plus que 40 %. On pouvait faire une super majorité. Quand on voit ce qui se passe ailleurs, on voit que la Bretagne est une région à gauche et écolo. C’était une opportunité incroyable. Passer à côté est hyperregrettable.
Qu’allez-vous faire ?

On va au second tour et on y va seul. J’ai une réserve de voix écolo et à gauche. Les jeunes ont peu voté hier. On peut encore mobiliser. Un espoir est possible pour une victoire de l’écologie.
Résultat élections régionales et départementales Bretagne

“Nous sommes prêts à assurer la présidence de la région Bretagne et nous voulons, pour cet entre-deux-tours, mobiliser massivement toutes celles et ceux qui sont sensibles aux valeurs de l’écologie, de l’autonomie et de la solidarité.” déclare Claire Desmares-Poirrier.

Elle l’a annoncé officiellement ce lundi 21 juin en fin de matinée : EELV ne fera pas alliance avec l’équipe Chesnais-Girard et partira seule au second tour des élections régionales en Bretagne, forte des 14,84 % de suffrages obtenus au premier tour. “La liste Bretagne d’Avenir a tendu la main pour construire une large majorité autour des valeurs de gauche et de l’écologie pour le second tour. La liste Bretagne d’Avenir déplore l’absence de volonté d’union et regre e le fait qu’un accord n’ait pu aboutir dans des conditions perme ant de rester fidèle à notre socle de valeurs, à nos propositions et à la confiance accordée par les électrices et les électeurs.”

Assez vite au cours la soirée de la veille, avec la confirmation des résultats du premier tour, la candidate écologiste Claire Desmares-Poirrier avait exprimé son souhait d’une “discussion constructive avec le président sortant afin de constituer une majorité à gauche et écologiste la plus large possible”.

A cet appel Loïg Chesnais-Girard, arrivé en tête, avait répondu évasivement qu’il attendait les résultats définitifs de ce premier tour et allait réfléchir. Réponse valable aussi pour l’appel au rassemblement que lui avait adressé Thierry Burlot.

Manifestement les réflexions et tractations de la nuit n’ont pas permis de sceller l’alliance PS-PC/EELV-Gen.s qui était une option dans tous les esprits depuis déjà plusieurs semaines.

Une alliance jamais scellée en Bretagne, toujours refusée par l’ancien président Jean-Yves Le Drian jusque là, et qui n’a pas été possible cette fois encore.

Régionales en Bretagne. Pas d’alliance entre Claire Desmares-Poirrier et Loïg Chesnais-Girard

commentaires Commentaires fermés
Par , 21 juin 2021 13 h 53 min

pas d'allianceOuest-France

Après plusieurs heures de négociations, les perspectives d’une alliance entre Loïg Chesnais-Girard (PS), vainqueur du premier tour de l’élection régionale en Bretagne, et Claire Desmares-Poirrier (EELV), s’éloignent. Les échanges entre les deux listes n’ont pas entraîné d’accord. Les négociations se sont organisées dès hier soir, dimanche 20 juin. Et jusqu’à ce lundi 21 juin, dans la matinée.

Claire Desmares-Poirrier explique cette situation : « Il n’y a pas d’alliance possible sur le fond, sur la forme… sur tout en fait ! Il y a eu des points de blocage sur les questions de transport et d’aménagement du territoire. Sur les résidents, nous n’en avions pas fait un point de blocage. » Et de poursuivre : « A la négociation, il y avait Yvan le Mevel, le directeur de cabinet de Loïg Chesnais-Girard, autour de la table. C’est comme si Jean-Yves Le Drian était là ! Loïg Chesnais-Girard n’est clairement pas prêt à solder cet héritage. Moi, je souhaitais sincèrement que l’on puisse avoir un grande alliance à gauche, qu’on trouve un chemin. »

Et Claire Desmares-Poirrier d’annoncer qu’elle ne fera aucune alliance : « Je vais donc y aller seule au second tour parce qu’il n’y a pas d’alliance possible non plus avec Daniel Cueff que j’ai pourtant contacté. Quant à la France Insoumise, nous avons un vrai problème de fond depuis longtemps avec de grosses différences politiques qui ne sont pas anecdotiques. »

Régionales et départementales 2021. Bretagne d’Avenir, le succès.

commentaires Commentaires fermés
Par , 21 juin 2021 7 h 14 min

Rennes la verte.Régionales et départementales : après Rennes la rose, Rennes la verte… (Le télégramme).

Finistère d’avenir présent dans 24 cantons sur 27.

commentaires Commentaires fermés
Par , 16 juin 2021 22 h 36 min

finistere-d-avenir_5729971_676x370p

(Le Télégramme/Ronan Larvor)

Les candidats aux départementales de la liste Finistère d’avenir (EELV, Génération. s, UDB, Nouvelle Donne, Les Radicaux de Gauche…) se sont réunis devant le Conseil départemental pour une photo symbolique ce mercredi. Le rassemblement de la gauche écologiste et fédéraliste présente 24 binômes dans le Finistère. Deux cantons, Crozon et Concarneau, n’ont pas de candidats et un, Douarnenez-Cap Sizun, est représenté par une union PS et EELV. « Finistère d’avenir propose une alternative très claire : la fin de l’étalement urbain, la fin des subventions à l’agriculture productiviste, la fin des subventions des lignes aériennes », soulignent les militants.

Régionales en Bretagne. Michel Balbot, Marie-Pierre Rouger et Pascale Loget, des ex-élu.e.s écologistes dénoncent « l’amnésie » de Jean-Yves Le Drian.

commentaires Commentaires fermés
Par , 16 juin 2021 22 h 03 min

Michel Balbot, Marie-Pierre Rouger et Pascale Loget ont participé à la majorité du conseil régional de Bretagne entre 2004 et 2010, aux côtés de Jean-Yves Le Drian. Ce dernier souhaite éviter à tout prix une alliance entre le président sortant et EELV. Les ex-élus dénoncent son « amnésie ».

Ouest-France


« Nous aurions préféré une tribune contre le Front national à une diatribe contre les écologistes. »

Les propos de Jean-Yves Le Drian, qui a dénoncé la « logique de décroissance » de la liste « Bretagne d’avenir » portée par Claire Desmares-Poirrier pour les élections régionales en Bretagne, ont interpellé d’anciens élus écologistes du conseil régional.
« La diversité de son équipe était une richesse »

En 2004, Michel Balbot, Marie-Pierre Rouger et Pascale Loget ont été élus à la Région dans la même majorité (PS/Verts/UDB/PCF/Radicaux) que Jean-Yves Le Drian. « Les Verts ont été acteurs majeurs de cette victoire. Ils ont intégré l’exécutif et exercé des délégations de première instance », écrivent les trois ex-élus dans une tribune. Et ils en sont persuadés : « Les outils que les écologistes ont mis en place pour l’avenir de la Bretagne ont porté leurs fruits. »

CR_bretagne_2004

Et, selon eux, l’ambiance était bien différente à l’époque. « Jean-Yves Le Drian était alors conscient que la diversité de son équipe était une richesse indispensable à la réalisation du projet partagé pour la Bretagne. »

Ils appellent à un rassemblement

Partant de ce constat, les trois auteurs de la tribune s’interrogent : « Alors où est l’œuvre de décroissance dans l’action des écologistes ? Utiliser ce terme au sens péjoratif donné par l’ancien président (de la Région Bretagne), c’est faire preuve au moins d’amnésie sinon de mauvaise foi de ce que sont l’engagement et la pratique des élus écologistes lorsqu’ils exercent leur mandat au conseil régional ou dans les collectivités de Bretagne. »

Pour les auteurs de la tribune, cette position de Jean-Yves Le Drian s’explique par l’opposition d’EELV à la politique d’Emmanuel Macron, « une politique destructrice des libertés publiques, rétrograde sur les questions écologiques et socialement injuste » .

Alors que Jean-Yves Le Drian met la pression sur Loïg Chesnais-Girard (PS) pour qu’il ne fasse pas d’alliance avec les Verts, les trois ex-élus du conseil régional écrivent : « La gauche sociale et écologiste a le devoir de se rassembler pour être au rendez-vous de cette nouvelle page de l’histoire de la Bretagne. »

Panorama Theme by Themocracy