Category: Uncategorized

Bruno Latour appelle à voter Yannick Jadot : « Le temps de l’écologie est venu »

commentaires Commentaires fermés sur Bruno Latour appelle à voter Yannick Jadot : « Le temps de l’écologie est venu »
Par , 11 février 2022 14 h 07 min

Le philosophe star ainsi que plusieurs universitaires appellent « tous les humanistes et les progressistes » à soutenir le candidat d’Europe Ecologie-les Verts.

Par Rémy Dodet

C’est un soutien qui brille dans une campagne morose. Le philosophe Bruno Latour – et avec lui plusieurs universitaires et essayistes – appelle à soutenir Yannick Jadot. L’intellectuel à la renommée planétaire, qui vient de publier un « Mémo sur la nouvelle classe écologique », n’est pas un fan de la première heure du candidat écologiste – lors de la primaire des Verts, il soutenait le maire de Grenoble Eric Piolle. Jusque-là, l’auteur de « Où atterrir ? » s’était même montré plutôt réticent à s’engager dans le champ politique. « J’ai la faiblesse de penser que le travail idéologique effectué par les partis écologistes n’est pas assez profond », observait-il récemment dans nos colonnes.

A ses yeux, cette fois, « l’urgence est absolue » et l’heure trop grave pour ne pas prendre position dans cette élection présidentielle. Dans le texte ci-dessous, que « l’Obs » publie en exclusivité, Bruno Latour, aux côtés d’autres signataires, appelle « tous les humanistes et les progressistes » à soutenir la candidature portée par l’eurodéputé Yannick Jadot.

Le temps de l’écologie est venu. Par Emanuele Coccia, Gilles Clément, Vinciane Despret, Bruno Latour, Marielle Macé, Camille de Toledo, Cédric Villani.

« La plupart d’entre nous interviennent rarement en politique mais aujourd’hui, nous sortons de notre réserve car l’urgence est absolue.

Nous savons que le réchauffement climatique risque de provoquer de graves déstabilisations économiques et sociales, des migrations massives et des conflits armés qui menacent la survie de l’humanité. Ce n’est plus une question de “générations futures”. Ces risques sont déjà là, sous nos yeux.

Nous savons que la destruction de la biodiversité et des habitats naturels a des effets dramatiques sur nos sociétés. Nombre de maladies émergentes – sida, Ebola, Sras et peut-être le Covid – sont liées à la destruction de l’environnement et à l’élevage industriel.

Nous savons que la mondialisation insuffisamment régulée et une Europe trop dominée par la logique du marché ont largement contribué à remettre en cause les droits sociaux et les services publics.

Nous savons que les inégalités ont atteint un niveau insupportable qui menace la démocratie, dans le monde et au sein même de la société française.

Face à ces défis, les forces politiques qui se sont succédé à la tête du pays depuis des décennies ont échoué. Les promesses non tenues, la collusion des dirigeants avec les lobbies, l’épuisement des idéologies héritées du siècle passé ont affaibli les forces de l’espoir et nourri celles de la haine.

Nous devons trouver un souffle nouveau. Les Françaises et les Français placent désormais l’environnement au plus haut de leurs priorités. Sur le terrain, au quotidien, de nombreux citoyens et citoyennes, des associations, des entreprises ou des collectivités s’engagent pour l’écologie dans une foule d’initiatives porteuses de solutions. Cette dynamique doit désormais trouver sa traduction à l’échelle nationale.

Le temps de l’écologie est venu.
Elle représente un projet porteur d’avenir, un projet qui répond aux grands défis de notre temps. Protection de l’environnement, solidarité, défense des services publics, de la culture, renforcement de la démocratie et dépassement du présidentialisme, l’écologie c’est aussi la création de centaines de milliers d’emplois par une économie de l’innovation et de la qualité ancrée dans les territoires.

C’est pourquoi, aujourd’hui, nous appelons tous les humanistes et les progressistes à soutenir la candidature de Yannick Jadot à l’élection présidentielle. La France ne peut pas se permettre de perdre cinq ans de plus : nous devons changer de cap dès 2022.

C’est le moment de poser les fondements d’une société plus juste, plus solidaire, plus harmonieuse.

C’est le moment d’écrire une nouvelle page de notre histoire. »

Par Rémy Dodet

Le programme des écologistes avec Yannick jadot

commentaires Commentaires fermés sur Le programme des écologistes avec Yannick jadot
Par , 4 février 2022 16 h 44 min

programme Jadot

Je veux porter l’espérance.

Je veux porter un projet qui nous réconcilie avec notre avenir et qui nous réconcilie entre nous. Vivre bien. Vivre mieux.

Oui, il est possible de faire face aux défis immenses qui sont les nôtres : réchauffement climatique, disparition du vivant, injustices, explosion des inégalités, discriminations, démocratie à bout de souffle.

Nous avons besoin d’une vision globale pour agir : l’écologie est le seul projet qui se hisse à cette hauteur.

Des millions d’hommes et de femmes, en France et dans le monde, ont déjà pris conscience des enjeux. Ils et elles sont engagés sur la voie de l’écologie. Ils et elles savent que le sens de l’histoire est là et souhaitent y participer. Alors, oui, tout peut changer.

Mon projet prend sa source dans ces enthousiasmes et ces énergies partout à l’œuvre. Je veux m’adresser à celles et ceux qui disent “stop” et qui s’engagent. Je veux m’adresser aux plus fragiles d’entre nous. Je veux aussi tendre la main à celles et ceux qui s’interrogent, prêt·e·s à tenter un pas de côté, curieux de nouveauté. Je veux mobiliser les jeunes dont le présent et le futur dépendent tellement de cette élection.

Nous ouvrons un chemin de large rassemblement, d’apaisement, en faisant le pari de la démocratie et de la justice, partout, toujours, quand tant de forces de repli et de haine grondent et menacent.

Mon projet part des solutions innovantes produites par des villes, des collectivités, des citoyens, des entreprises, des associations, des fermes, des centres de recherche. Oui, nous avons l’expérience d’une écologie qui réussit, qui crée des emplois, locaux, durables, des emplois qui ont du sens, une écologie qui rend du pouvoir d’achat et du pouvoir de vivre à nos concitoyens, une écologie qui redonne vie à tous nos territoires.

Mon projet, c’est de remettre l’État au service de la Nation, d’extirper les lobbies qui œuvrent dans l’ombre du pouvoir. Le rôle de la puissance publique est d’orienter les échanges économiques dans une direction profitable pour l’ensemble de la société. Ses outils – et nous en userons – sont la loi, la fiscalité,l’investissement et les services publics.

Voici mes 120 propositions pour une France écologique, sociale, républicaine.

Une France qui retrouve sa place dans l’histoire, en Europe et dans le monde.

https://www.jadot2022.fr/programme

Présidentielle. « Pour une République écologiste » : la tribune des soutiens de Yannick Jadot.

commentaires Commentaires fermés sur Présidentielle. « Pour une République écologiste » : la tribune des soutiens de Yannick Jadot.
Par , 1 février 2022 19 h 34 min

Ils sont parlementaires nationaux et européens, conseillers régionaux et départementaux, maires, adjoints, conseillers municipaux… Ils s’engagent à soutenir le candidat écologiste à la présidentielle. Ils expliquent pourquoi dans cette tribune.

Ouest-France

FRANCE2022-POLITICS-ELECTIONS-EELV

« Nous sommes maires, parlementaires nationaux et européens, conseillers et conseillères municipaux, départementaux, régionaux. De territoires urbains ou ruraux, de Schiltigheim à Lyon, de Loos-en-Gohelle à Bordeaux. Nous partageons la vie quotidienne de nos concitoyen-nes. Notre engagement est déterminé et constant pour relever, chez nous, le plus grand défi auquel l’humanité ait à faire face : le défi écologique.

« Nous revendiquons l’espoir que le bouleversement climatique, l’effondrement de la biodiversité, les atteintes à la santé, tous ces périls ne soient pas des fatalités. Oui, l’urgence est là : le rapport du Giec est accablant, les inégalités se creusent, la Covid est un coup de semonce. Dans nos régions, dans nos départements, dans nos villes et villages, nous voyons les conséquences de l’inaction climatique.

« Pourtant, les solutions existent et nous les mettons en œuvre, avec enthousiasme et volontarisme, pour garantir aujourd’hui et demain un monde plus juste et plus respectueux du vivant. Nous agissons dans tous les domaines et dans tous les territoires où nous sommes élu-es.

« Ici nous permettons à tous les enfants, quel que soit leur milieu, de partir en vacances, là nous créons un revenu de solidarité, nous mettons en place des outils de démocratie participative, des cantines où l’on mange bien. Ailleurs, nous faisons des espaces publics des espaces adaptés à celles et ceux en situation de handicap, nous protégeons les habitant-es de toutes les formes de pollution, nous végétalisons. Nous développons les énergies renouvelables, nous redynamisons l’emploi local en privilégiant le commerce local ou les circuits courts.

« Partout, nous protégeons le vivant. Nous établissons l’eau comme commun, nous luttons contre les projets inutiles qui détruisent les écosystèmes. Nous accompagnons celles et ceux – encore si nombreux ! – de nos concitoyen-nes qui vivent encore dans des passoires énergétiques. Nous bâtissons, à chaque échelle où nous sommes en responsabilités, les conditions de l’émancipation de chacun-e, au travers de revenus inconditionnels pour les plus vulnérables et les jeunes, de tarifications sociales, d’accès aux biens et commodités de première nécessité. Nous agissons contre les inégalités culturelles, soutenons la création artistique et l’accès à la culture pour toutes et tous. Nous accueillons les réfugié-es dans des conditions dignes.

« Mais tous ces progrès concrets se heurtent à un pouvoir centralisé qui méprise les élu-es locaux, qui assèche les finances locales, qui démantèle les services publics, et qui empêche la transition écologique. Nous affirmons au contraire que notre pays, par ses territoires, est une force !

« Yannick Jadot, candidat de tou-tes les écologistes, sera le Président d’une République libérée des chaînes des lobbies. Le Président de la transformation écologique de l’économie, de la production soutenable des richesses et de leur partage juste. Le Président qui redonne du sens au travail, des moyens aux services publics, de l’unité et de la dignité à la France. Au XXIe siècle, la politique nationale ne peut se décider en solitaire dans un bureau parisien. Elle doit, au contraire, accompagner chaque échelon et chaque territoire pour que la coopération, la solidarité et le respect de la planète guident le développement de notre pays.

« Nous sommes les représentant-es de la France des territoires et du quotidien, les pieds sur terre, et le regard lucide, tourné vers l’avenir du monde. Nous sommes responsables. Et nous voulons une présidence du climat, une présidence de la justice sociale, une présidence de la République écologiste. »

Les signataires en Bretagne

Gaugain Astrid, conseillère municipale de Bénodet. Andro Rozenn, adjointe à la maire de Rennes. Anne Patrick, conseiller municipal à Cesson-Sévigné. Béchet Annick, conseillère municipale à Rennes. Besnard Patrick, maire de Romazy. Bilien René, conseiller municipal à Quimper. Boudes Philippe, conseiller municipal à Rennes. Careil Benoît, adjoint à Rennes. Chapellon Didier, adjoint à Rennes. Claessens Blandine, maire adjointe à Saint-Brieuc. Cocheril Philippe, adjoint à Saint-Jacques-de-la-Lande. Delaunay Bruno, conseiller municipale à Bruz. Denes Olwen, conseiller départemental d’Ille-et-Vilaine. Deruette Gautier, conseiller municipal à Chantepie.

Desmares Claire, conseillère régionale de Bretagne. Dissaux Glen vice-président de Brest métropole. Dorval Françoise, adjointe à Quimper. Faucheux Valérie, adjointe à Rennes. Foucher Benoit, élu municipal à Noyal-sur-Vilaine. Goater Jean-Marie, conseiller municipal à Rennes. Guidoni Jean-Paul, conseiller départemental d’Ille-et-Vilaine. Guilmain Estelle, adjointe à Saint-Péran. Hamon Laurent, vice-président de Rennes Métropole. Henry Nolwenn, conseillère municipale à Quimper. Koch Lucile, conseillère municipale à Rennes. Lahais Tristan, vice-président de Rennes Métropole. Le Bigot Daniel, vice-président de Quimper Bretagne Occidentale.

Le Brun Claude, adjoint au maire de Quimper. Le Doussal Julien, conseiller municipal à Hennebont. Le Frène Marion, conseillère départementale d’Ille-et-Vilaine. Le Gentil Morvan, conseiller municipal de Rennes. Le Hir Loïc, conseiller régional de Bretagne. Lechaplain Nelly, adjointe à Saint-Jacques-de-la-Lande. Masson Claire, maire d’Auray. Morel Cyrille, adjoint à Rennes. Oillic Goulven, conseiller régional de Bretagne. Phalippou Catherine, conseillère municipale à Rennes. Pichon Ronan, conseiller régionale de Bretagne. Pouessel Carine, conseillère municipale à Vitré. Prigent Françoise, adjointe à Saint-Jacques-de-la-Lande. Prigent Christine, conseillère régionale de Bretagne ; Quéméner Aurélie, adjointe à Vezin-le-Coquet.

Quétier Marie, conseillère municipale au Relecq-Kerhuon. Quilan Sylvie, conseillère départementale d’Ille-et-Vilaine. Rebuffié Laurent, premier adjoint à Chantepie. Ribiere Jean-Claude, conseiller municipal à Cesson-Sévigné. Richard Françoise, conseillère à Quimper. Rougier Gaëlle, adjointe à Rennes. Rougier Erwann, conseiller municipal à Vitré. Roullier Olivier, conseiller municipal à Rennes. Salmon Daniel, sénateur Ille-et-Vilaine. Stiefvater Thierry, adjoint à Saint-Brieuc. Theurier Matthieu, vice-président de Rennes Métropole. Urien Vincent, conseiller municipal à Saint-Brieuc. Zamord Priscilla, vice-présidente de Rennes Métropole.

Les signataires en Normandie

Al Jiboury Auban, conseiller municipal Le Houlme. Augé Geneviève, conseillère régionale de Normandie. Auvray Valérie, conseillère municipale à Elbeuf. Beldjoudi Alexandra, conseillère départementale du Calvados. Ben Rahal Benoit, conseiller municipal à Gonneville-la-Mallet. Bonneau Annick, conseillère municipale à Bihorel. Cognetta Ève, adjointe à Sotteville-lès-Rouen. Cormand David, député européen. De Beir Jean, conseiller municipal à Rouen. Girard Serge, maire de Grainville-Ymauville. Girodon Sylvain, conseiller municipal à Mondeville. Godichaud Julie, conseillère municipale à Sotteville-lès-Rouen. Hautot Pierre-Emmanuel, conseiller régional de Normandie.

Hédouin Guillaume, conseiller régional de Normandie. Huet Laurent, 1er adjoint à Saint-Sauveur-Villages. L’Orphelin Rudy, conseiller régional de Normandie. Leostic Nolwenn, conseillère municipale à Louviers. Lesconnec Françoise, conseillère métropolitaine à Rouen. Levaray Nicolas, conseiller municipal à Rouen. Limanton Alain, conseiller municipal à Alençon. Malherbe Laëtitia, conseillère régionale de Normandie. Martin Jean-Marie, élu municipal d’Évreux. Moreau Cyrille, vice-président de la métropole de Rouen. Perru Mathieu, élu municipal à Elbeuf. Recher Bastien, conseiller régional de Normandie. Rozet Marianne, conseillère régionale de Normandie. Sanchez Laetitia, conseillère régionale de Normandie.

Taleb Claude, conseiller municipal à Hauville. Thevin Thierry, conseiller municipal à Gisors. Traore Aurélie, conseillère municipale à Ifs. Vilars Antoine, maire de Drubec. Bellée Emmanuelle, conseillère départementale de la Manche. Bérégovoy Véronique, conseillère régionale de Normandie. Borner Sophie, conseillère municipale à Ouistreham. Chopard Enora, conseillère municipale à Rouen. Baichis Samuel, conseiller municipal à Rouen. El Khili Fatima, adjointe à Rouen. Fontaine David, conseiller régional de Normandie. Gondouin Carol, maire. Gonet Pascal, conseiller municipal à Vacognes-Neuilly. Henrye Alexandre, vice-président de Saint-Lô Agglo.

Joly Francis, conseiller départemental du Calvados. Lerévérend Christian, conseiller municipal à Sainte-Honorine-du-Fay. Marie Mickaël, adjoint à Mondeville. Martin Bénédicte, conseillère régionale Normandie. Martot Stéphane, conseiller départemental de Seine-Maritime. Rigaud Pascal, adjoint au Petit-Quevilly. Slimani Laura, adjointe à Rouen. Trebern Anouchka, conseillère municipale à Fécamp.

Les signataires en Pays de la Loire

Mesnager Solène, conseillère régionale Pays de la Loire. Accarion Ombeline, vice-présidente au conseil départemental de Loire-Atlantique. Aucant William, conseiller régional des Pays de la Loire. Aurégan Yves, conseiller municipal d’Angers. Azzi Elhadi, conseiller municipal à Nantes. Bassani Catherine, adjointe à Nantes. Batiot Guy, conseiller municipal à La Roche-sur-Yon. Batiot Rémy, vice-président de Le Mans Métropole. Bessière Ugo, conseiller départemental de Loire-Atlantique. Boileau Vincent, conseiller municipal à Orvault. Briand Benoit, adjoint à Montrevault-sur-Èvre. Bu Ludovic, conseiller municipal au Mans.

Cotrel Patrick, conseiller municipal à Sainte-Luce-sur-Loire. Courtay Murielle, conseillère municipale à Cholet. Davoust Nadège, conseillère départementale de la Mayenne. De Fraissinette Alexandre, conseiller municipal Sevremoine. Dougé Christophe, maire de Montrevault sur Evre. Dubost Laurent, conseiller départemental de Loire-Atlantique. Etonno Lucie, conseillère régionale des Pays de la Loire.

Foubert Françoise, conseillère municipale à Couëron. Gaillochet Marie-Paule, adjointe à Orvault. Germain Amélie, conseillère municipale à Saint-Herblain. Moitié Chloé, vice-présidente du conseil départemental de Loire-Atlantique. Guignard Corine, conseillère municipale à Pornic. Guy Samuel, conseiller départemental de la Sarthe. Hameau Pascale, conseillère régionale des Pays de la Loire. Jen Sandra, conseillère municipale à Nantes. Maulny Estelle, conseillère municipale à Avrillé. Leray Judith, conseillère municipale à Saint-Étienne-de-Montluc. Leterrier Sophie, conseillère municipale à Andouillé. Loiseau Franck, conseiller municipal à Cholet.
Présidentielle 2022. Et vous, quelles sont vos idées pour la France ?

Mauriat Claire, conseillère municipale à La Roche-sur-Yon. Mousset Franck, conseiller municipal à Sucé-sur-Erdre. Nicolas François, conseiller municipal à Rezé. Nicolon Franck, conseiller régional des Pays de la Loire. Pahun Louise, vice-présidente du conseil départemental de Loire-Atlantique. Perrier Michel, conseiller municipal à Bonchamp. Sigmann Geneviève, conseillère municipale à Laval. Renevret David, conseiller municipal à Montrevault-sur-Èvre. Rey-Thibault Véronique, conseillère municipale à Saint-Brevin-les-Pins. Richard Elsa, conseillère régionale des Pays de la Loire. Riom Tristan, adjoint à Nantes. Rougeron Gaëlle, conseillère régionale des Pays de la Loire. Rouc Jean-Yves, conseiller municipal à Orvault. Saeidi Arash, conseiller régional des Pays de la Loire. Sévère Isabelle, conseillère municipale au Mans. Touche Thierry, conseiller communautaire au Mans Métropole. Trichet-Allaire Sarah, conseillère municipale à Saint-Nazaire. Capy Emmanuel, conseiller municipal à Mûrs-Erigné.

À Trémaouézan, 40 ans après la mobilisation des associations et des habitants, la tourbière de Langazel va devenir une réserve naturelle régionale.

commentaires Commentaires fermés sur À Trémaouézan, 40 ans après la mobilisation des associations et des habitants, la tourbière de Langazel va devenir une réserve naturelle régionale.
Par , 22 janvier 2022 11 h 50 min

Plus ancienne tourbière de Bretagne, la zone humide de Langazel, à Trémaouézan, va devenir une réserve naturelle régionale dès 2023.
Près de 700 espèces animales, dont 45 remarquables, ont été recensées dans la zone humide.

Près de 700 espèces animales, dont 45 remarquables, ont été recensées dans la zone humide. (Le Télégramme/Laurent Aquilo)

langazel.03

Parmi les onze sites proposés au classement « Réserve naturelle régionale » par les associations ou collectivités gestionnaires, le Conseil régional de Bretagne a choisi d’en retenir quatre qui viendront, à l’horizon 2022 ou 2023, rejoindre les neuf sites écologiquement remarquables bénéficiant de la protection du statut de réserve naturelle régionale.

Parmi les quatre lauréats, on retrouve donc la zone humide de Langazel à Trémaouézan, plus ancienne tourbière bretonne datant de 12 000 ans, qui rassemble, sur 215 hectares, environ 700 espèces animales, dont 45 remarquables.

Voir la suite de l’article dans le Télégramme.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

Voir aussi :

La saga des déchets.1.Zone humide de Langazel. Une lutte exemplaire il y a trente ans.

langazel.02

Décembre 1978, de nombreux habitants du pays de Landerneau apprenaient qu’il y avait, près de chez eux, une des plus belles zones humides de Bretagne. L’information venait de la Société pour l’Etude et la Protection de la Nature en Bretagne (SEPNB) devenue depuis “Bretagne Vivante”.

La raison ? Informer et mobiliser contre un projet de décharge en plein ciel prévue sur le site. Le promoteur du projet était le conseil municipal de Landerneau qui entendait ainsi transférer l’abominable décharge du “bout du quai” sur la rive gauche de l’Elorn vers ce site plus discret.

Voir la suite : http://www.landerneau-ecologie.org/?p=477

« Le nucléaire, une double peine pour l’avenir »

commentaires Commentaires fermés sur « Le nucléaire, une double peine pour l’avenir »
Par , 6 décembre 2021 14 h 21 min

nucléaire double peine« Nous laissons à nos descendants un lourd héritage climatique et, en supplément, en France, des centrales vieillissantes qu’il faudra démanteler et des déchets hautement radioactifs. »

Ouest-France : Gérard Borvon (Finistère) :

Le nucléaire, une double peine pour les générations futures en France. La proximité de l’élection présidentielle donne lieu à une surenchère de candidat(e)s qui entendent faire de la relance des centrales nucléaires un point fort de leur programme.

Emmanuel Macron les prend de vitesse en annonçant qu’il décide de « relancer la construction de réacteurs nucléaires ». Prise encore une fois sans aucun débat, cette décision engagerait, si elle devait se confirmer, plusieurs générations de nos descendants.

Le principal argument, la lutte contre le dérèglement climatique, est injustifiable. Sous la pression de nos lobbies nationaux des combustibles fossiles et du nucléaire, la France a pris un retard en matière de développement des énergies renouvelables.

Alors que tout devrait être mis en œuvre pour rejoindre les pays les plus avancés dans ce domaine, comment accepter de consacrer 46 milliards d’euros dans un nouveau programme pharaonique de centrales nucléaires pour un fonctionnement prévu, au mieux, à l’horizon de 2040 ?

C’est-à-dire bien après les mesures immédiates que réclame la lutte contre le dérèglement climatique. Or, pour le climat, il y a urgence.

Selon les derniers rapports du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), un réchauffement planétaire de plus de 1,5 °C provoquerait des dérèglements climatiques sans précédent : désertification, intensité des précipitations, incendies, inondations… Déjà avec 1,1 °C d’augmentation de la température planétaire depuis 1900, nous constatons dans notre pays les effets du réchauffement et nous sommes contraints à mettre en place les mesures d’adaptation qui s’imposent.

Il est facile d’imaginer ce que pourraient provoquer des températures mondiales encore plus élevées. Nous ne pouvons donc pas ignorer que nous laissons à nos descendants, chez nous comme ailleurs dans le monde, un lourd héritage climatique.

Surtout, nous ne devons pas oublier que nous leur laissons en supplément, en France, le pays le plus nucléarisé, des centrales vieillissantes qu’il faudra démanteler, des déchets hautement radioactifs à gérer, sans compter les accidents prévisibles.

L’industrie nucléaire inflige déjà, en France, une double peine à nos descendants. Comment accepter qu’on leur alourdisse encore le fardeau en leur léguant l’héritage empoisonné d’un nouveau programme de construction de centrales ?

Landerneau submergée en 2050 ?

commentaires Commentaires fermés sur Landerneau submergée en 2050 ?
Par , 30 novembre 2021 16 h 41 min

landerneau_sous_les_eaux.02b

Après de nombreux autres rapports qui vont dans le même sens, celui de l’association scientifique américaine Climate Central pointe les zones submergées en Bretagne en 2050. Il ne devrait pas laisser indifférents les habitantes et habitants de Landerneau. Déjà nous devons nous habituer à des débordements répétés sur les quais. Ce n’est qu’un début : les mesures faites à Brest sur le niveau de la mer confirment une accélération du phénomène : 10cm supplémentaires dans les trente dernières années. Dans les trente prochaines, c’est tout le centre historique de la ville qui serait devenu inhabitable et ceci dès l’hypothèse d’une augmentation de la température de 2°C. Or dans l’état des engagements très insuffisants pris par les différents pays à Paris lors de la COP 21 ce niveau pourrait être atteint ou même dépassé en 2050. L’augmentation de la température est déjà de 1°C depuis le début de l’ère industrielle et augmente actuellement de 0,2°C tous les dix ans alors que les émissions mondiales sont reparties à la hausse.(voir)

Quelques cartes du rapport Climate Central :

landerneau submersion 013

landerneau submersion 010

Le pont de Rohan sous l’eau.

landerneau submersion 011

landerneau submersion 012

La question du jour : Quelles décisions au niveau de la municipalité et de la communauté de communes ? Quelle réaction des habitant(e)s de notre ville quand on se souvient que celles et ceux qui atteignent la majorité en 2022 n’auront que 46 ans en 2050 !

Panorama Theme by Themocracy