Category: Uncategorized

Finistère d’avenir présent dans 24 cantons sur 27.

commentaires Commentaires fermés
Par , 16 juin 2021 22 h 36 min

finistere-d-avenir_5729971_676x370p

(Le Télégramme/Ronan Larvor)

Les candidats aux départementales de la liste Finistère d’avenir (EELV, Génération. s, UDB, Nouvelle Donne, Les Radicaux de Gauche…) se sont réunis devant le Conseil départemental pour une photo symbolique ce mercredi. Le rassemblement de la gauche écologiste et fédéraliste présente 24 binômes dans le Finistère. Deux cantons, Crozon et Concarneau, n’ont pas de candidats et un, Douarnenez-Cap Sizun, est représenté par une union PS et EELV. « Finistère d’avenir propose une alternative très claire : la fin de l’étalement urbain, la fin des subventions à l’agriculture productiviste, la fin des subventions des lignes aériennes », soulignent les militants.

Régionales en Bretagne. Michel Balbot, Marie-Pierre Rouger et Pascale Loget, des ex-élu.e.s écologistes dénoncent « l’amnésie » de Jean-Yves Le Drian.

commentaires Commentaires fermés
Par , 16 juin 2021 22 h 03 min

Michel Balbot, Marie-Pierre Rouger et Pascale Loget ont participé à la majorité du conseil régional de Bretagne entre 2004 et 2010, aux côtés de Jean-Yves Le Drian. Ce dernier souhaite éviter à tout prix une alliance entre le président sortant et EELV. Les ex-élus dénoncent son « amnésie ».

Ouest-France


« Nous aurions préféré une tribune contre le Front national à une diatribe contre les écologistes. »

Les propos de Jean-Yves Le Drian, qui a dénoncé la « logique de décroissance » de la liste « Bretagne d’avenir » portée par Claire Desmares-Poirrier pour les élections régionales en Bretagne, ont interpellé d’anciens élus écologistes du conseil régional.
« La diversité de son équipe était une richesse »

En 2004, Michel Balbot, Marie-Pierre Rouger et Pascale Loget ont été élus à la Région dans la même majorité (PS/Verts/UDB/PCF/Radicaux) que Jean-Yves Le Drian. « Les Verts ont été acteurs majeurs de cette victoire. Ils ont intégré l’exécutif et exercé des délégations de première instance », écrivent les trois ex-élus dans une tribune. Et ils en sont persuadés : « Les outils que les écologistes ont mis en place pour l’avenir de la Bretagne ont porté leurs fruits. »

CR_bretagne_2004

Et, selon eux, l’ambiance était bien différente à l’époque. « Jean-Yves Le Drian était alors conscient que la diversité de son équipe était une richesse indispensable à la réalisation du projet partagé pour la Bretagne. »

Ils appellent à un rassemblement

Partant de ce constat, les trois auteurs de la tribune s’interrogent : « Alors où est l’œuvre de décroissance dans l’action des écologistes ? Utiliser ce terme au sens péjoratif donné par l’ancien président (de la Région Bretagne), c’est faire preuve au moins d’amnésie sinon de mauvaise foi de ce que sont l’engagement et la pratique des élus écologistes lorsqu’ils exercent leur mandat au conseil régional ou dans les collectivités de Bretagne. »

Pour les auteurs de la tribune, cette position de Jean-Yves Le Drian s’explique par l’opposition d’EELV à la politique d’Emmanuel Macron, « une politique destructrice des libertés publiques, rétrograde sur les questions écologiques et socialement injuste » .

Alors que Jean-Yves Le Drian met la pression sur Loïg Chesnais-Girard (PS) pour qu’il ne fasse pas d’alliance avec les Verts, les trois ex-élus du conseil régional écrivent : « La gauche sociale et écologiste a le devoir de se rassembler pour être au rendez-vous de cette nouvelle page de l’histoire de la Bretagne. »

Claire Desmares-Poirrier : « Jean-Yves Le Drian c’est le monde d’avant qui crie au secours ! »

commentaires Commentaires fermés
Par , 14 juin 2021 13 h 21 min

le télégramme.

claire-desmares-poirrier-candidate-ecologiste-aux-elections_5724939_676x338p

La candidate écologiste aux Régionales en Bretagne réagit aux propos très durs du ministre des Affaires étrangères sur la politique d’EELV. Elle annonce au passage que Yannick Jadot et Benoît Hamon seront à Rennes mercredi pour lui apporter leur soutien.

Claire Desmares-Poirrier, candidate écologiste aux élections régionales en Bretagne. (Vincent Michel/Le Mensuel de Rennes)
Comment se passe votre campagne sur le terrain ?

J’aurais bien du mal à me plaindre. Les gens sont en attente de réponses sur les sujets qui sont les nôtres. Ils nous posent plein de questions. Et quand ils nous parlent de transports ou d’agriculture, cela démontre qu’ils ont identifié les compétences de la Région. Il y a une attente de renouvellement. Ils attendent autre chose qu’un Jean-Yves Le Drian qui donne ses consignes depuis Paris.

Dans une interview à Ouest-France, le ministre est en effet très dur avec Europe Écologie les Verts. Jean-Yves Le Drian accuse les Verts bretons de « sectarisme ». Cela vous choque ?

Est-ce que ça me choque ? Non. Mais je trouve ça grave de sa part. Utiliser des propos aussi caricaturaux, ça veut dire qu’il n’a pas mis à jour son logiciel. Il n’a pas fait le chemin écologique attendu par les citoyennes et les citoyens. Cela traduit surtout l’échec de son bilan. Ce que dit Jean-Yves Le Drian, c’est un gloubiboulga parce que, à ses yeux, droite et gauche n’existent pas et qu’il n’y a pas d’écologie.


Jean-Yves Le Drian évoque, s’agissant d’EELV, une « écologie idéologique de stigmatisation, de culpabilisation et d’accusation »
.

C’est de la caricature ! C’est du Jean-Yves Le Drian. Il est dépassé. C’est le monde d’avant qui crie « Au secours ».

Le ministre des Affaires étrangères et de l’Europe, toujours conseiller régional, semble par ailleurs tendre la main à Daniel Cueff, candidat qui vient vous prendre des voix sur le terrain de l’écologie. Cela vous surprend ?

C’est une blague. J’ai toujours dit que si Daniel Cueff ne faisait pas le chemin avec nous c’est qu’il envisageait de rejoindre Thierry Burlot à la fin. Les propos de Jean-Yves Le Drian le confirment.

Vous restez optimiste pour votre liste ?

Une alternative à gauche se fera autour de l’écologie parce que la Bretagne est prête. C’est une conviction partagée par beaucoup de Bretonnes et de Bretons.

Deux sondages ne vous créditent pourtant que de 12 %…

Ils ont été calqués sur une élection présidentielle où EELV n’était pas présent. Je suis très optimiste. Yannick Jadot a fait 17 % aux Européennes alors que les sondages le plaçaient à 10 % quelques jours avant le vote.

Jean-Yves Le Drian appelle une nouvelle fois Loïg Chesnais-Girard et Thierry Burlot à se rassembler au soir du premier tour. Vous n’avez jamais caché votre volonté d’une alliance avec le président PS sortant Loïg Chesnais-Girard. Les propos du ministre changent la donne ?

Ses propos ne changent rien. La réalité c’est que les socialistes (qui soutiennent Chesnais-Girard, NDLR) n’ont pas envie d’un accord avec l’UDI (qui soutient Burlot, NDLR). Jean-Yves Le Drian avait construit une majorité et on voit qu’elle ne tient pas. C’est un échec. Il a menti en 2015 et aujourd’hui il vient donner des leçons aux Bretonnes et aux Bretons ? C’est quoi cette conception de la politique ?

Un accord entre votre liste et celle de Loïg Chesnais-Girard est-il possible ?

Mon souhait c’est que la Région reste à gauche. Nous appellerons à l’union de la gauche au second tour. Je souhaite quelque chose de constructif.

Vous dites que Jean-Yves Le Drian donne ses consignes depuis Paris. Mais ne recevez-vous pas également vos ordres depuis la capitale quand vous accueillez, ce lundi à Rennes, la députée Delphine Batho ?

La différence c’est qu’elle ne vient pas me donner des leçons. Elle ne vient pas m’expliquer ce que doit être ma politique. Elle vient me soutenir et dire que ce que je fais ici est super. Je suis très contente de recevoir son soutien. Comme je serai contente de recevoir les soutiens de Benoît Hamon et Yannick Jadot qui seront à Rennes mercredi. Ils viennent affirmer que le travail que l’on fait ici a du sens. Tout le monde se mobilise.

À lire sur le sujet Régionales 2021 : Claire Desmares-Poirrier, la jeune pousse

Sondage FR3 : Bretagne d’Avenir à 12%.

commentaires Commentaires fermés
Par , 9 juin 2021 14 h 48 min

Ce sondage révèle aussi les priorités des Bretons qui placent l’environnement en tête de leurs préoccupations.

sondage régionales.02

Les deux héritiers de Le Drian au coude à coude pendant que le RN pompe les voix de LR.

Rappel du premier sondage.

sondage télégramme

En 2011, ils ont voté pour la construction de la centrale climaticide de Total à Landivisau. En 2021, voterez-vous pour eux ?

commentaires Commentaires fermés
Par , 4 juin 2021 21 h 54 min

Le cadeau des héritiers de Le Drian : la dernière centrale électrique à gaz construite en France !

Leur “cadeau” fait à la Bretagne : 1 million de tonnes de CO2 par an dans le ciel breton. Une pollution de l’air par les particules fines et les oxydes d’azote.

Leur cadeau fait à Total : 40 millions d’euros de subvention par an pendant 20 ans renouvelables.

Leur cadeau fait à ENGIE : l’alimentation de la centrale par le gaz de schiste américain importé par le terminal de Montoir de Bretagne.

landi ilsont voté (2)
Loïg Chesnais-Girard, Daniel Cueff et Thierry Burlot sont tous trois candidats aux élections régionales 2021 en Bretagne. Dix ans plus tôt, alors conseillers régionaux, ils ont voté en faveur de la centrale à gaz de Landivisiau. (le télégramme)

Régionales 2021 : un candidat sur quatre de la liste « Bretagne d’avenir » est brittophone.

commentaires Commentaires fermés
Par , 24 mai 2021 19 h 10 min

le télégramme.

instant politique

Rappelant que 25 % de ses colistiers sont brittophone, la tête de liste de « Bretagne d’avenir » (EELV-UDB-Ensemble sur nos territoires), Claire Desmares-Poirrier promet de faire de la co-officialité de la langue bretonne une priorité.

Au lendemain de la censure partielle de la proposition de loi sur les langues régionales, la tête de liste de « Bretagne d’avenir », Claire Desmares-Poirrier tient à souligner que sa liste « compte 25 % de brittophones », un pourcentage probablement sans précédent dans l’histoire des élections régionales.

« Notre liste fait de la co-officialité de la langue bretonne une priorité et doublera le budget de la région consacré aux langues de Bretagne », rappelle-t-elle, qualifiant la décision du Conseil Constitutionnel de « non-sens absolu ». « Nous la dénonçons fermement car elle fait peser une grave menace sur l’existence de Diwan. Cette décision, dont le gouvernement est à l’origine, est une nouvelle fois l’illustration de la domination de l’État sur les Régions », estime-t-elle.

Claire Desmares-Poirrier était, vendredi, l’invitée de l’Instant Politique, sur Tébéo. Une émission à regarder en replay ici.

Panorama Theme by Themocracy