Category: Urbanisme

Marc Daniel démissioné manu militari

commentaires Commentaires fermés
Par , 14 janvier 2011 20 h 53 min

En démissionnant de force l’adjoint à l’urbanisme, Patrick Leclerc a adopté une attitude très décevante. Alors qu’il se plait à se donner une image d’homme de dialogue cherchant à tout faire pour éviter les conflits, il a préféré utiliser la manière forte et la sanction.

Tout d’abord la décision de Patrick Leclerc ne changera rien sur le fond. Ce n’est pas parce qu’il a supprimé ses délégations à Marc Daniel que la ville est dégagée du risque d’annulation de son PLU par la justice. Celle-ci a été saisie bien avant, elle doit suivre son cours de façon indépendante.

Comme nous l’indiquions dans notre précédant communiqué, le Maire de Landerneau avait pourtant tout le temps de chercher une solution pour apaiser le conflit qui oppose la municipalité avec les riverains du Tourous. En laissant s’enliser cette affaire, celle-ci a fini par prendre une telle dimension que le Maire a pensé utile d’employer la manière forte.

Avant d’en arriver à de telles extrémités, nous aurions préféré l’entendre sur le fond du problème et savoir si selon lui, il y avait eu ou non des exactions de la part de l’ancienne équipe municipale en matière d’urbanisme.

Vers une annulation du PLU et de la Voie de Lanrinou ?

commentaires Commentaires fermés
Par , 9 janvier 2011 11 h 55 min

L’article paru ce jour dans la presse à propos d’une éventuelle annulation du PLU de Landerneau appelle un certain nombre de commentaires de notre part.

Tout d’abord, D.E.S. souhaite rappeler que notre groupe avait voté contre le PLU proposé en mars 2007 pour plusieurs raisons (voie de Lanrinou, cours de récréation de l’ecole du Tourous, décharge sauvage de la ville à Kergreis, antennes etc…). En ce qui concerne le vallon du Tourous, nous avions indiqué notre ferme opposition à la réalisation d’une route ou même d’un sentier dans le fond du vallon. Les zones humides sont des espaces riches en biodiversité qu’il convient de préserver et nous comprenions l’émoi des riverains (communiqué du 7 février 2007). Nous souhaitons également rappeler que le fond du vallon du Tourous avait été classé en « espace réservé » par la ville, non pas lors de l’élaboration du PLU, mais plusieurs années avant au moment de la révision du POS. D.E.S avait d’ailleurs signalé son inquiétude car la municipalité se gardait bien de dévoiler ce qu’elle comptait y faire.

Face à la possible annulation du PLU, la ville de Landerneau a maintenant le devoir de mettre les bouchées doubles pour réviser ou déposer un nouveau PLU. Qu’il soit annulé ou maintenu, la tâche est de toute façon considérable et les projets ne vont pas manquer. Il conviendra d’élaborer un PLU qui mette au premier plan la qualité de la vie et non pas la recherche du développement urbanistique et l’étalement urbain. Parmi les grands dossiers que nous souhaitons voir avancer :

  1. que faire des espaces réservés de la voie de Lanrinou lorsque la CCPLD aura de façon inéluctable abandonné ce projet ?
  2. que faire des espaces constructibles le long du tracé de la voie de Lanrinou ?
  3. repenser les déplacements pour favoriser la marche et les déplacements doux
  4. revoir les règles d’urbanismes pour permettre à chacun de construire des maisons économes en énergie et en utilisant des matériaux sains.

Pour y parvenir, il faudra les efforts de tous et nous serons très vigilants pour que l’équipe municipale associe le plus grand nombre à la réalisation de ce projet (membres d’associations, riverains de projets, élus de l’opposition).

Voir également :

La Voie de Lanrinou bientôt enterrée

Voie de Lanrinou. Ils déboisent ? On replante !

commentaires Commentaires fermés
Par , 19 décembre 2010 22 h 08 min

Ce dimanche 19, opération “replantage” sur la parcelle déboisée.

Une cinquantaine de militants et de riverains ont planté ce dimanche après-midi 80 arbres (chênes, pommiers, hêtres, noisetiers ….) Allée du Bois à Landerneau sur le tracé du projet de voie de Lanrinou à l’endroit même où la communauté de communes à déboisé.

Enquête parcellaire sur la voie de Lanrinou

commentaires Commentaires fermés
Par , 21 avril 2010 7 h 57 min

Espérant toujours réaliser la voie de Lanrinou, la communauté de communes organise une enquête avant de lancer les expropriations. Cette enquête se déroulera du 26 avril au 17 mai.

En poursuivant de cette façon la communauté de communes du pays de Landerneau – Daoulas, persiste dans ce projet insensé et refuse de tourner son regard vers des projets d’avenir.

Elle vient ainsi d’accorder un budget de 9 millions d’euros pour réaliser cette voie qui se trouve à 98 % sur le territoire de Landerneau. Parmi les principaux objectifs affichés du projet il y a l’urbanisation du sud de la commune et l’espoir, auquel peu de gens croient encore, de désengorger le centre ville de la circulation automobile.

Nous ne contestons pas l’ambition de la communauté de communes de s’intéresser au développement de la ville de Landerneau. Par contre nous proposons l’utilisation des 9 millions d’euros pour des projets servant nettement l’intérêt collectif.
Cette enveloppe budgétaire pourrait servir à rénover les trottoirs du centre ville – projet d’ampleur pour redonner du dynamisme, pour améliorer le cadre de vie des habitants et pour permettre aux personnes à mobilité réduite de se déplacer. N’était-ce d’ailleurs pas une des promesses du candidat Patrick Leclerc ?

Cette enveloppe pourrait aussi servir à développer les transports en commun. La somme de 9 millions d’euros correspond à 90 années de bus gratuit à Landerneau ! Cela montre que ce projet est aberrant et qu’il faut se pencher sérieusement sur le développement des transports en commun à la communauté de communes. Ce serait bon pour la planète et bon pour les usagers.
Nous appelons la communauté de communes et ses élus à un sursaut citoyen pour dire à Patrick Leclerc de renoncer à la voie de Lanrinou, projet dépassé, mais qu’il considère ainsi que quelques autres élus, comme l’équipement majeur de la mandature.

Voie de Lanrinou : une nouvelle impasse économique

commentaires Commentaires fermés
Par , 25 mars 2010 23 h 13 min

Le projet de réalisation d’une route de contournement sud de Landerneau dite “voie de Lanrinou”, s’il venait à voir le jour, aurait des conséquences graves sur les finances de la CCPLD et servirait surtout des intérêts privés au détriment de l’intérêt général.

Le contexte économique que nous vivons, qui ne cesse de s’aggraver, comme en témoigne l’augmentation des chiffres du chômage, nécessite une prudence particulière des investissements des collectivités. D’autant plus que plusieurs sources de financements actuelles régressent (taxe professionnelle) ou ne progressent plus (taxe foncière, taxe d’habitation) et que la recette de la prochaine CET “contribution économique territoriale” (remplaçant la taxe professionnelle) sera dépendante de l’attribution d’une compensation relais de l’Etat peu crédible compte tenu du déficit abyssal auquel il doit faire face.

Aussi, pour soulager les finances de nombreux foyers, il convient que la Communauté de Communes favorise des projets qui permettent à chacun de réduire ses dépenses.

Parmi ses projets pour lesquels la compétence devrait revenir à la CCPLD, le développement des transports en commun et la création de pistes cyclables sécurisées permettraient une réduction sensible du budget “transport” des habitants. La nécessaire cohérence de ces réseaux avec l’existant nécessite une coordination à l’échelon communautaire. Ces travaux seraient également l’occasion de mettre en accessibilité les voiries aux personnes souffrant d’un handicap permanent ou temporaire.

L’extension du tri sélectif avec les sacs jaunes et la mise à disposition de composteurs individuels ou collectifs permettraient de réduire le budget allouer au traitement des déchets et donc, à terme, d’alléger la taxe relative aux ordures ménagères (TEOM).

La Communauté de Communes se doit aussi d’informer, d’aider et d’inciter les habitants aux économies d’eau et d’énergie. Les conséquences d’une rupture d’alimentation électrique, en raison de températures extrèmes (chaudes ou froides), auraient des conséquences directes sur le fonctionnement des entreprises locales dont certaines sont très fragilisées par la crise.

Ayant la compétence SPANC sur le territoire, la CCPLD se doit également de relayer l’information sur les méthodes alternatives aux sanitaires traditionnels couteux de part leur consommation en eau potable. La récupération de l’eau de pluie doit être la règle pour les toilettes utilisant l’eau. La fiscalité associée doit évoluer en conséquence.

Le temps est venu de développer des projets utiles et bénéfiques à toute la pollutation tout en économisant pour résorber les déficits. La privatisation des profits et la socialisation des pertes par l’impôt n’est pas une méthode de gestion pérenne ; les citoyens ne l’accepteront plus.

Tentative de passage en force de la voie de Lanrinou

commentaires Commentaires fermés
Par , 15 janvier 2010 22 h 42 min

Ceux, élus, membres d’associations ou simple citoyens qui espéraient de la communauté de communes un débat public sur l’utilité de la voie de Lanrinou, ont probablement été fortement refroidis par les propos du président de la communauté de communes, Jean François Jaouannet. (voir article du Télégramme en pièce jointe)

Le passage en force auquel nous assistons traduit en réalité un malaise. En pratiquant de la sorte le président de la communauté de communes s’assied copieusement sur la charte de l’environnement qu’il a fait votée, tandis que le Maire de Landerneau dont on connaît la position concernant la voie de Lanrinou foule du pied l’agenda 21 de la ville.

DES appel à plus de raison et réclame un débat public suivi d’un vote à la communauté de communes. C’est d’autant plus indispensable que la décision date de 12 ans. Depuis aucun débat de fond comparant la voie de Lanrinou et les solutions alternatives n’a été organisé. Au début du précédant mandat, le président de l’époque s’était même vigoureusement opposé à ce que je présente en séance publique les solutions alternatives à la voie.

Ce projet est un projet d’un autre temps car les conditions économiques sont différentes et parceque l’urgence écologique est aujourd’hui plus forte. Arrêtons d’épandre du bitume sur les sites naturels et remarquables, et consacrons nos budgets ainsi que notre énergie à tenter de rendre notre société plus solidaire et plus respectueuse de la planète.

Panorama Theme by Themocracy